Hi vert / Alan Mabden

En ce premier jour de la nouvelle année, je méditais face à la douce lumière du matin naissant, tentant de glisser mes confuses pensées vers le présent, la couverture de mes yeux encore plissée par une courte nuit. Mon regard s’était figé sur la neige de mon bruit blanc laissant ouverte la porte de mon inconscient.
Je ne les vis pas entrer. Ce n’est qu’en me retournant vers le centre de ma cuisine que je découvrais d’étranges créatures semblant tout droit venues du ciel. Curieusement, je ne pris pas peur devant ces petits bonhommes verts. Ils semblaient remplis de bienveillance à mon égard. Une bonne vingtaine de personnages à la bouille ronde me fixaient comme on regarde un portrait accroché au musée des humains.
L’un deux s’approcha. C’était sans doute le chef. Il me dit qu’ils venaient pour accomplir une mission. C’étaient des sortes de médecins spécialisés dans le préventif. Ils venaient s’occuper de ma santé, m’informer de l’importance de stimuler mon système immunitaire, de penser aux vitamines, etc. Je souriais devant tant d’attention à mon égard quand le boss de la bande fronça la peau verte de son front. Il m’autorisa à le toucher. Son épiderme n’était pas très agréable, un peu rugueux avec des poils très courts. La relation devint tendue quand il me dit de prendre un couteau et de sacrifier l’un des siens. « C’est pour ton bien » me dit t’il.
Je ne comprenais pas la logique de tuer quelqu’un qui a pour mission de vous venir en aide et je lui en fit part. Il m’expliqua qu’ingérer l’un de ses semblables chaque jour me donnerai de l’énergie pour l’hiver. J’hésitais longuement, plutôt habitué à crounché des céréales greenwashées par l’industrie… Pour m’aider à accomplir mon acte violent, ils entamèrent un chant. Le chœur déclama le célèbre « Kiwi yeah le divin enfant ». Un sang d’une transparence verdâtre glissa sur le bord de mon assiette. Je pris la chair tendre de cet être avec ma cuillère, la glissait dans ma bouche puis vers le toboggan de ma gorge. Le plaisir fut mutuel. Je les remerciais de leur visite. Ils m’informèrent que ce commando était envoyé par ma mère. Elle les avait arrachés à leur beau paradis terrestre et séparés de leurs parents, un beau couple de kiwiers qui s’étaient connus au fond du jardin et qui en semant avaient fait naître beaucoup de petits Actinidia deliciosa…

©Alan Mabden / Lundi 2 Janvier 2022 / Tous droits réservés

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s