Coup de cœur / Anna Kova

Avec Anna Kova on peut parler de langage musical, mêlant les genres grâce à de solides et diverses influences. Sa signature vocale est reconnaissable dès les premières notes avec une sémantique personnelle et une technique vocale profonde et contrastée. Sa reprise de Everybody’s Got To Learn Sometime des Korgis a été pour moi une véritable claque.

« Mes influences restent masculines, Otis Redding au grain parfait, Bill Withers et son groove, Donny Hathaway et sa perfection de phraser.. Pour les femmes, bien évidemment Etta James, Aretha Franklin, puis la grande Erykah Badu, et la Lauryn Hill qui mettait tout le monde à l’amende dès son arrivée…» (impactmagazine.fr)

Une famille s’est formée autour de cette artiste rayonnante en studio comme sur scène: MiM à la production et aux machines, Lawkyz à la contrebasse et basse, David Monet aux claviers.

Biographie de Anna Kova

Dès son plus jeune âge, la musique prend une grande place dans sa vie. Soutenue par sa grand-mère mélomane qui lui transmet son amour du piano, elle suit déjà des cours au conservatoire. Parallèlement à cette discipline, elle étudie la danse (ballet, moderne, hip hop), ce qui lui fera découvrir d’autres styles musicaux.

« Ma mère est actrice, mon père est chef d’orchestre et violoniste classique. J’ai été élevée par une grand-mère pianiste qui m’a initiée à la musique, rêvant que je devienne chanteuse d’opéra.»

Elle a étudié pendant 2 ans et demi à la Berklee College of Music de Boston.

« Mes professeurs étaient de réels mentors. Ils avaient bossé avec des piliers de la musique comme Stevie Wonder ou Jimi Hendrix, c’était fou ! J’ai passé deux ans et demi dans une bulle remplie d’artistes venus de partout pour devenir musiciens, managers, écrivains…Tant d’énergie dans un seul endroit ! Là-bas j’ai tenté de prendre tout ce que je pouvais. Leur culot par exemple, cette capacité des artistes américains, notamment sur scène, à captiver l’attention. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de faire quelques concerts, dont un au Cotton Club à New York (légendaire club de Jazz qui a notamment vu passer Duke Ellington, Louis Armstrong ou Cab Calloway) où j’étais choriste de Bobby McFerrin – un rêve de gosse de rencontrer ce génie ! » (muszresblog.com)

Pendant ces années américaines, elle compose MHAW (My Heart Ain’t Wrong), influencé par la soul, la motown, le r’n’b moderne et par une culture hip-hop en pleine (r)évolution.

Après ses études, Paris l’attend. Anna Kova enrichit son répertoire musical en collaborant avec différents artistes tels FA2L, J-Slow ou encore Synapson.

En 2014, elle a sorti son premier EP « My Heart Ain’t Wrong » (impactmagazine.fr)

C’est avec ce dernier qu’Anna Kova va être mise en lumière et se faire connaître du grand public grâce au titre All In You, succès électro de l’été 2015 dans toute l’Europe. Avec le duo, Anna Kova fait le tour des Zéniths de France et des plus grosses scènes estivales.
Elle decide de travailler avec MiM, beatmaker en avance sur son temps et sorte de frère musical, qui l’a déjà invitée sur le titre Blow issu de son . C’est donc naturellement qu’il prend les manettes de la production de PIGMENTS au son électro déstructuré dont lui seul a le secret.


PIGMENTS, premier projet d’un édifice musical, est sorti en 2016.

6 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s