Jean Bruller dit « Vercors » / La rébellion silencieuse

Jean Bruller entre dans la résistance en 1938 et prend le pseudonyme de « Vercors », nom de la montagne ou il est affecté. Lui, le pacifique illustrateur devient écrivain clandestin pour une plongée en rébellion silencieuse dans le silence de l’amer, un océan de colère sourde qui a la fois le submerge et le porte. Retour sur un écrivain majeur qui pose des questions profondes sur la nature humaine avec un regard parfois amusé sur les différences entre l’homme et l’animal …

Alan Mabden / 2 janvier 2022

Qu’est-ce qu’un homme ?

La question reste plus qu’entière en 2022… Les humains ont été capables de nombreuses atrocités, et ce bien avant le 20e siècle, mais la seconde guerre mondiale a représenté un summum en la matière avec des millions de morts. Ce n’est pas un hasard si Vercors « naît » pendant cette guerre dont l’ampleur de la barbarie a dépassé tous les esprits. La réflexion de l’écrivain dépasse largement la question de la Résistance pour interroger la condition de l’homme, et même sa nature. Ainsi, son roman paru en 1952, « Les Animaux dénaturés », questionne les critères de définition de l’homme et de l’animal, en proposant une confrontation point par point des attributs de chacun. Ignorant, l’animal n’a pas besoin de fables ni d’amulettes alors que l’homme, lui, invente des mythes, des dieux, des esprits ou une techno-science en réponse à ce vide. L’homme s’arrache de plus en plus à la nature mais chaque cellule de son corps lui rappelle sans cesse qu’il appartient bien à celle ci… Plongé dans une peur perpétuelle, cet animal-humain ne sait finalement pas grand chose sur le sens de la vie.

Peut être est-ce cette impuissance à dominer la maladie et la mort qui conduit certains à se venger sur l’animal ou bien sur d’autres humains considérés par eux comme « inférieurs » en y prenant même du plaisir, en maîtrisant la technique de la guerre ou le pouvoir de donner la mort. Les fascistes s’attaquent toujours à la culture car elle tente d’élever l’homme au dessus de la barbarie en tentant de sublimer ce monde, en essayant de lui donner du sens, du plaisir et du rêve, en développant la fraternité et la solidarité par une éducation ouverte et créative.

La recherche de la paix peut libérer, là ou la guerre réduit la liberté pour ceux qui la subissent comme pour ceux qui la font, à l’image de l’officier allemand qui finira anéanti dans l’ouvrage le « Silence de la mer ».

Il existe aussi une approche très ancienne, basée sur la recherche du bonheur dans le présent, seul espace-temps véritable, ou chaque instant est à saisir, ici et maintenant. Et là, nous pouvons peut-être retrouver notre vraie nature, apaisée, dans un silence fécond.

Jean Bruller dit Vercors

L’histoire de « Vercors »

Jean Marcel Adolphe Bruller naît le 26 février 1902 à Paris d’une mère française (Ernestine Bourbon, institutrice) et d’un père, éditeur, d’origine juive-hongroise (Louis Bruller). L’histoire de son père, arrivé à Paris en 1880 et auquel des amis de ses parents vont trouver un emploi, a inspiré la nouvelle « La marche à l’Étoile » publiée pendant l’Occupation, en 1943.

Il commence sa carrière de dessinateur humoriste/illustrateur en 1921, dans la lignée de Gus Bofa, il signe alors sa production du pseudonyme de Joë Mab. Ses premiers dessins sont publiés dans la revue Sans-Gêne grâce à Maxime Ferenczi. Il rédige ses premières chroniques « Les Propos de Sam Howard » dans l’hebdomadaire Paris-Flirt en 1923-1924 sous l’influence des « Contes profitables » d’Anatole France.

Jean Bruller
L’animateur

Bien qu’il obtienne son diplôme d’ingénieur en 1923 avec la médaille de bronze, il ne souhaite pas rejoindre l’industrie. En 1924, il suit sa formation militaire à Saint-Cyr-Coëtquidan. Il effectue ensuite six mois de service militaire à Tunis, jusqu’au printemps 1925. De retour à Paris le dessinateur répond à de nombreuses commandes publicitaires. Il travaille notamment chez Fernand Nathan pour le compte de Citroën. Il illustre ainsi l’album « Frisemouche fait de l’auto » décrivant les aventures de la citroënnette, modèle réduit créé par André Citroën pour séduire les parents par le biais de leurs enfants.

Deux frères inséparables bien que très différents, Edmond Double, dit Patapouf, gros et lent, et Thierry Double, dit Fil-de-Fer, maigre et vif, se perdent au cours d’une promenade qui les conduit dans un monde souterrain : le premier embarque alors pour le monde des Patafoufs, tandis que le second atterrit chez les Filifers. Ces deux mondes que tout oppose se font la guerre, et c’est l’affection des deux garçons qui aura raison des querelles absurdes.

Son premier album est publié en 1926 :21 recettes pratiques de mort violente.

Il illustre en 1930 un album sur un texte d’André Maurois. « Patapoufs et Filifers«  est un plaidoyer pacifiste à destination des enfants sur les méfaits de la ségrégation, écrit par un auteur très marqué par la première guerre mondiale à laquelle il a participé.

Pacifiste jusqu’en 1938, Jean Bruller est mobilisé pendant la Seconde Guerre mondiale à Mours St-Eusèbe près de Romans au pied du massif du Vercors. Il entre ensuite dans la Résistance, encouragé par Pierre de Lescure, et prend le pseudonyme de Vercors, nom d’un massif montagneux, procédé utilisé par de nombreux résistants

En 1941, il co-fonde, avec Pierre de Lescure, les Éditions de Minuit, maison d’édition clandestine. Il en réalisera l’intemporelle étoile, signature graphique de la maison.

Pierre de Lescure

Le Silence de la mer

Il y publie sa nouvelle « Le silence de la mer » (1942) devenue depuis un ouvrage « classique ». Il participe également au Comité national des écrivains (CNE) et au Mouvement de la paix.

« Le secret le mieux gardé de la guerre« , Aragon à propos du « silence de la mer »

Ce récit se présente comme une métaphore de la condition de l’homme face à la guerre qui lui interdit la liberté.

Vercors nous plonge en profondeur et explore sous la lutte qui fait rage les silences lourds de sens et le système de pensée totalitaire. Une nouvelle sous tension silencieuse où l’amour fait place à l’idéologie barbare.

« Le silence tomba une fois de plus. Une fois de plus, mais, cette fois, combien plus obscur et tendu ! Certes, sous les silences d’antan, – comme, sous la calme surface des eaux, la mêlée des bêtes dans la mer, – je sentais bien grouiller la vie sous-marine des sentiments cachés, des désirs et des pensées qui se nient et qui luttent. Mais sous celui-ci, ah ! rien qu’une affreuse oppression…  » (Extrait du livre « Le silence de la mer »)

« Le Silence de la Mer » est précédé d’une dédicace :

« A la Mémoire de Saint Pol Roux, poète assassiné ».

Le poète breton St Pol-Roux

Pendant l’été 1940 à Camaret, des Allemands envahissent le manoir de St Pol-Roux, inspirateur des Surréalistes. Dans la nuit du 23 au 24 juin 1940, un soldat allemand investit le manoir, viole et tue la gouvernante et blesse grièvement Divine, la fille du poète. Le soldat allemand s’enfuit, effrayé par le chien de la maison. Arrêté, condamné à mort par un Conseil de guerre, il est fusillé. Saint-Pol-Roux, qui, blessé lui-même, était hospitalisé à Brest, avait négligé de mettre ses inédits en lieu sûr. Lorsqu’il retourne à Camaret, il trouve le manoir livré au pillage et ses manuscrits déchirés, dispersés ou brûlés.Il ne se remet pas de ce choc. Transporté le 13 octobre à l’hôpital de Brest, Saint-Pol-Roux, atteint d’une crise d’urémie, y meurt de chagrin le 18 octobre. Divine est décédée en 1985.

La responsabilité de l’écrivain

Ce n’est qu’à la Libération que « Vercors » a révélé son identité. Fort du succès de son premier récit clandestin (Le Silence de la mer), il engage une nouvelle carrière d’écrivain tout en poursuivant un temps son activité d’éditeur. Membre du Comité national des écrivains, il fait partie de la commission mise en place par ce comité pour établir une « liste noire » d’écrivains collaborateurs mais refuse l’établissement de cette liste en renvoyant les auteurs au jugement de leur conscience.

Dans le débat déclenché par l’épuration des intellectuels, Vercors défend, la notion de « responsabilité de l’écrivain » contre les principes de « droit à l’erreur » ou de « charité » avancés par Paulhan et par Mauriac. Nommé, en sa qualité d’éditeur clandestin, à la commission d’épuration de l’édition, il la quitte en janvier 1945, en raison de l’inégalité des sanctions à l’encontre des écrivains, collaborateurs avec l’Allemagne nazie, et à l’encontre de leurs éditeurs, jamais pénalisés. écœuré par la complaisance de ses membres à l’égard de grandes maisons comme Grasset. Il a rendu son indignation publique dans un article intitulé « La gangrène« , recueilli dans Le Sable du temps, où il met en regard cette indulgence avec la condamnation à mort d’écrivains.

En 1960, il fait partie, avec Sartre, des signataires du Manifeste des 121 écrivains et artistes qui déclarent « le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie ». En guise de protestation contre la torture pratiquée en Algérie, Vercors refusera la Légion d’honneur. Il a écrit ces souvenirs dans « La Bataille du silence » en 1967.

Il meurt à Paris dans la nuit du 9 au 10 juin 1991. Sa seconde épouse, Rita Barisse (1917-2001), a été la traductrice vers l’anglais de certains de ses ouvrages. Une plaque à la mémoire de Vercors et des Editions de Minuit a été posée en 1992 sur le Pont des Arts, à Paris, par le Secrétariat d’État aux anciens combattants, en souvenir des exemplaires clandestins qui s’échangeaient sur ce pont sous l’occupation.

1952 / « Les animaux dénaturés »

Fable satirique et roman d’aventures, Les Animaux dénaturés a séduit la critique et les lecteurs autant par son humour que par l’aventure intellectuelle, toujours d’actualité. L’expérience rapportée des camps de concentration inspire à Vercors une réflexion, exposée dans « la sédition humaine« , sur la définition de l’homme dont il trouve la spécificité dans la rébellion. On la retrouve, transposée en fiction, dans « Les Animaux dénaturés«  et les contes philosophiques « Colères et Sylva« .

De ce roman philosophique fut tirée la pièce « Zoo ou l’assassin philanthrope » (1963).

« Comment, nous n’avons pas de définition de l’homme, mais enfin c’est insensé, allez chercher un juriste, un scientifique, un prêtre ou bien même, tenez, un philosophe, mais enfin faites quelque chose ! . » (Un juge en tenue d’apparat dans la pièce « Zoo ou l’assassin philanthrope »

En Nouvelle-Guinée, une équipe de savants, à laquelle s’est joint le journaliste Douglas Templemore, cherche le fameux « chaînon manquant » dans l’évolution du singe à l’homme. En fait de fossile, ils trouvent une colonie de quadrumanes. Mais a-t-on jamais vu des singes troglodytes enterrant leurs morts ? Tandis que les scientifiques s’interrogent sur leur nature, des hommes d’affaires y voient une main d’œuvre gratuite. La seule parade aux noirs desseins du sieur Vancruysen serait donc de prouver l’humanité des tropis. Pour contrecarrer ces  projets, Templemore se prête à l’expérience saugrenue qui le conduira en prison…


Comme beaucoup de grands penseurs de l’Europe baroque, Charles Le Brun a cherché à répondre aux questions sur la condition humaine. En tant qu’artiste et philosophe que Louis XIV a qualifié de plus grand artiste français de tous les temps, Le Brun s’est finalement intéressé à l’étude de la physionomie, ou à l’étude de la relation entre les traits du visage et le caractère. Dans son exploration de cette science, Le Brun s’est demandé à quoi auraient ressemblé les humains s’ils avaient évolué à partir d’animaux différents

2 commentaires

  1. Très bel article sur Vercors où j’ai appris beaucoup de chose. Cela me donne envie de le lire. J’aime beaucoup ce passage : « Les fascistes s’attaquent toujours à la culture car elle tente d’élever l’homme au dessus de la barbarie en tentant de sublimer ce monde, en essayant de lui donner du sens, du plaisir et du rêve, en développant la fraternité et la solidarité par une éducation ouverte et créative. » Il dit beaucoup en peu de mots. Je pense que les idéologues du capitalisme ne pense pas autre chose. Communauté de pensée dangereuse ! Merci Alan et bonne année 2022 !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Bibliofeel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s