Héritages / Race, histoire et culture / Levi Strauss

A l’heure ou le racisme nous en fait voir de toutes les couleurs ;), j’ai pensé qu’il était important d’aller voir du côté de Mr Levi Strauss, anthropologue et ethnologue français de renommée internationale, pour plus de discernement.

Lévi-Strauss a cherché à comprendre la grande machine symbolique qui rassemble les différents aspects de la vie humaine : de la famille aux croyances religieuses, des œuvres d’art aux manières de politesse. Considéré comme un précurseur de l’écologie, Lévi-Strauss a écrit de façon admirable sur le fonctionnement de la société, il est connu dans le monde entier comme le maître de l’anthropologie moderne.

Claude Lévi-strauss se demande s’il existe une égalité entre les hommes. Il nous parle des nombreuses différences qui existent entre les hommes du point de vue des hommes issus d’une culture sur les hommes issus d’une autre culture et d’une éventuelle égalité entre eux en introduisant la notion d’humanité et de culture. On pourrait penser qu’il existe une inégalité naturelle entre les hommes mais l’auteur nous montre que les hommes peuvent être différents et égaux à la fois, et qu’il y a, malgré ce que l’on pourrait penser, une ressemblance entre tous les hommes même ayant des différences de culture et de civilisation.

« Il y a beaucoup plus de cultures humaines que de races humaines, puisque les unes se comptent par milliers et les autres par unités. » Claude Lévi-Strauss

Dans « Race & histoire », l’auteur nous parle de différentes sociétés culturelles qui rejettent l’humanité et se proclament humains par opposition aux autres peuples considéré comme des animaux. Claude Lévi-strauss nous montre que seul le raisonnement sur la valeur des hommes peut être pertinent en prenant en compte les différences qu’il y a entre eux. Pour lui, il ne suffit pas d’affirmer que les hommes sont naturellement égaux entre eux pour qu’ils le soient.

« L’humanité est constamment aux prises avec deux processus contradictoires dont l’un tend à instaurer l’unification, tandis que l’autre vise à maintenir ou à rétablir la diversification » / « Aucune culture n’est seule. Elle est toujours donnée en coalition avec d’autres cultures, et c’est cela qui lui permet d’édifier des séries cumulatives. »

Race et Histoire (1952) de Claude Lévi-Strauss

« Le mot ‘barbare’ se réfère étymologiquement à la confusion et à l’inarticulation du chant des oiseaux, opposées à la valeur signifiante du langage humain et sauvage, qui veut dire « De la forêt », évoque aussi un genre de vie animale, par opposition à la culture humaine. »

« Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie. Claude Lévi-Strauss »

https://youtu.be/bKQECat59_E

« L’humanité cesse aux frontières de la tribu, du groupe linguistique, parfois même du village… »

https://iphilo.fr/2016/11/04/claude-levi-strauss-lethnocentrisme-entre-humanite-et-barbarie-ou-le-paradoxe-du-relativisme-culturel/

https://youtu.be/bQgu7wAkJ3U
https://youtu.be/b2n2jSysxD8

http://www.liens-socio.org/Les-voyages-de-Claude-Levi-Strauss

La pensée structuraliste

Grand nom de l’anthropologie française, Claude Lévi-Strauss est l’un des pères fondateurs de la pensée structuraliste. A ce titre, il influence de manière fondamentale l’ensemble des études en sciences humaines au XXe siècle. Formé en droit, agrégé de philosophie et docteur ès lettres, le chercheur se lance dans l’ethnographie en 1939, alors qu’il enseigne au Brésil et part à la rencontre des Indiens Mundé et Tupi Kawahib. Installé aux Etats-Unis pendant l’Occupation, il y côtoie l’anthropologue Franz Boas et le linguiste Roman Jakobson qui vont profondément influencer sa pensée et lui permettre de poser les jalons du structuralisme. Cette théorie, développée dans son recueil Anthropologie structurale, consiste en l’étude minutieuse des relations sociales afin d’en comprendre les mécanismes formels et les structures inconscientes. Ses analyses tendent à démontrer que la pensée prélogique n’est pas anarchique, mais conduite selon un axe construit différemment du mode de pensée occidentale. Auteur d’une œuvre considérable pour les sciences et pour la compréhension de l’homme, Claude Lévi-Strauss s’impose également avec Tristes Tropiques comme un grand écrivain, prestigieux représentant de l’Académie française.

https://youtu.be/s7fANFEdf0Q
https://youtu.be/zvWgigG2RsU

Biographie

Claude Lévi-Strauss, né Gustave Claude Lévi le 28 Novembre 1908 à Bruxelles, de Emma Lévy et de Raymond Lévi, artiste peintre portraitiste (petit-fils d’Isaac Strauss, chef d’orchestre à la cour de Louis-Philippe puis de Napoléon III). Son père utilise « Lévi-Strauss » comme nom d’usage.

À l’âge de 23 ans, le jeune homme part effectuer son service militaire à Strasbourg. Il fait des études en droit, obtient l’agrégation en philosophie en 1931 puis occupe son premier poste d’enseignant en philosophie à Mont-de-Marsan en 1932. La même année il se marie en 1932 à l’ethnologue Dina Dreyfus.

il se tourne à partir de 1935 vers l’ethnologie, dont il va faire son métier. Après ses premiers travaux de terrain sur les peuples indigènes du Brésil entre 1935 et 1939, il est contraint de s’exiler en 1941 à New York. Il y côtoie le linguiste Roman Jakobson et l’anthropologue Franz Boas qui vont profondément influencer sa pensée et lui permettre de poser les bases du structuralisme. À son retour en France, il soutient et publie en 1949 sa thèse sur « Les structures élémentaires de la parenté », première application de sa méthode novatrice, qui lui apporte une notoriété précoce parmi les anthropologues de nombreux pays. Durant les années 1950, il enseigne en France, où il est directeur d’étude à l’École pratique des hautes études, et aux États-Unis et consolide les principes de sa méthode structurale, qu’il présente en 1958 au public sous la forme d’un recueil d’articles, « Anthropologie structurale », premier d’une série d’ouvrages méthodologiques. Élu en 1959 à la chaire d’anthropologie sociale du Collège de France, Lévi-Strauss quitte le champ de la parenté et continue avec « Le totémisme aujourd’hui » et « La pensée sauvage » (1962) à revisiter les grandes thématiques anthropologiques, bouleversant le regard occidental sur les sociétés sans écriture. Puis, durant près d’une décennie, il se consacre à une approche structurale des mythes, publiant entre 1964 et 1971 les quatre volumes des « Mythologiques », son œuvre majeure. Dans les années 1970 puis après sa retraite en 1982, il adapte sa méthode scientifique à l’évolution générale du paradigme structuraliste vers la dimension temporelle, travaillant notamment avec les historiens des « Annales » à la naissance de l’anthropologie historique sur des thèmes comme la famille, la parenté cognatique. Il est aussi auteur d’un livre plus littéraire et autobiographique, « Tristes Tropiques » (1955), qui connut un large succès public.

8 commentaires

  1. Très intéressant article sur une grande avancée en sciences humaines. Ceci m’a amené à refaire le point sur la légitimité du mot race. Scientifiquement il n’en a aucune car on a prouvé que quelque soit la population le génome est parfaitement identique et que les variants sont présents partout à la surface du globe. Cela n’était pas encore démontré à l’époque de Claude Lévi-Strauss et certains souhaitent conserver ce terme afin de pouvoir contrer les propos racistes, ce qui me semble plutôt contestable… Qu’en penses-tu ? A ce sujet j’ai trouvé un très bon article que je conseille. Merci Alan pour la qualité de tes publications et bonne journée à toi. Alain
    https://www.franceculture.fr/sciences/le-concept-de-race-peut-il-sappliquer-lespece-humaine

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire fourni.
      Je vais écouter ton lien sur France Cult.
      En ce qui me concerne, mes ancêtres étaient des poissons ou des dauphins et beaucoup d’entre eux étaient multicolores; ce qui fait que je ne comprends plus rien🤣.
      Je pense d’ailleurs créer pour le fun un dialogue sur le sujet du racisme entre Pigraï et Alan. Ça peut être drôle.
      Plus sérieusement, je pense qu’il y a une question de pouvoir et d’égo dans cette notion de race. Ca ressemble aux histoires de clans.
      Perso, je ne fais pas de différence de base entre les êtres humains. Comme Levis Strauss je pense qu’ils ne sont pas égaux pour des tas de raisons mais que chaque humain a le même potentiel en devenir. Tout dépend de l’environnement et des personnes qui vont l’entourer.
      Après il y a des gens intelligents partout et aussi des cons. Mais tout le monde a le droit d’évoluer dans sa vie.
      Alan

      J'aime

    1. Thanks Ashley. I understand the difficulty. It is impossible, given the space available, to dub the videos in English and French. The subject of race, history and culture is not straightforward and can create tension. My goal through this post is to bring, if possible, a reflection and arguments. Levi Strauss seems to me a very good basis for tackling this complex subject.
      Good evening and thank you for your comment.
      Alan

      J'aime

  2. Salut Alan,
    merci pour cet article, je ne connaissais pas ce Monsieur et ses travaux.
    Le sujet est délicat, mais il est vrai que les gens ne naissent pas égaux. Cependant nous venons tous au monde avec nos atouts, et nos tares, avec lesquelles il nous faut composer durant toute notre existence.
    L’équité, et l’égalité sont des idéaux vers lesquels nous avons raison de tendre, mais il est vrai qu’une personne qui nait sourde, aveugle, et muette, ne partira pas du tout avec les mêmes chances qu’une personne qui possède toutes ses capacités.
    La question de nos origines géographiques et culturelles respectives complique le problème des inégalités. Je trouve triste que le terme de race soit encore usité de nos jours pour définir les différences physiques qui existent entre les hommes.
    Je pense que le racisme provient d’une peur infondée et irrationnelle de celui qui est différent de ceux que nous connaissons, ainsi que d’une volonté farouche de préserver notre identité génétique et/ou culturelle. En d’autres termes c’est une idiotie.

    Bravo pour cette belle présentation et ton humanisme
    Bien à toi

    Ben

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Ben pour ce nouveau commentaire très intéressant . A chaque fois tu apportes un plus grâce à ta réflexion . Sujet delicat comme tu dis. Raison de plus pour en parler ;). Nous sommes juste différents et au lieu d’en faire un problème et des guerres de comptoirs, nous ferions mieux de nous en réjouir. Nous sommes tous infiniment des merveilles 💥💛

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s