Pablo, je t’aime

Salut Pablo. J’espère que tu vas bien dans les nuages roses de ta poésie. Aujourd’hui mon ciel est bleu et j’ai le cœur léger comme une plume. J’ai soudain envie de te dire « Je t’aime ». Parce que « Le temps, la vie, la mort. », parce que je ne t’ai jamais rencontré et que j’ai envie de t’offrir un verre de vin chilien avec ce si bon cépage Carmenere. Je sais que là-haut il n’y a pas de cave et que c’est bien dommage 😉

La vie matérielle a parfois un bon côté, même si, tu le sais, pour avoir vécu au Chili, que les humains ont parfois un p’tit côté autoritaire et un égo démesuré. Tu as été un sacré poète. Tu es un poète sacré. Alors, repose toi bien mon Pablo et envoie moi des bonnes ondes pour nourrir ma main de poésie lègère et sensuelle. A la vie, à la mort, toi le poète de la terre et de l’amour. Alan

« Je t’aime » de Pablo Neruda, lu par Marie-Jo Sisini

Je t’aime,
Je t’aime d’une manière inexplicable,
De nature inavouable,
De façon contradictoire.

Je t’aime…
Avec mes états d’âmes qui sont nombreux,
Et mes changements d’humeurs continuels
Pour ce que tu sais déjà.
Le temps, la vie, la mort.

Je t’aime…
Avec ce monde que je ne comprends pas,
Avec ces gens qui ne saisissent rien,
Avec l’ambivalence de mon âme,
Avec l’incohérence de mes actes,
Avec la fatalité du destin,
Avec la conspiration du désir,
Avec l’ambiguïté des faits.
Même quand je dis que je ne t’aime pas, je t’aime.
Même si je triche, je ne triche pas,
Dans le fond, j’exécute un plan,
Pour t’aimer encore mieux.

Je t’aime…
Sans réfléchir, inconsciemment,
Déraisonnablement, spontanément,
Involontairement, instinctivement,
Par impulsion, irrationnellement.
En effet, je n’ai pas d’arguments logiques,
Même improvisés…
Pour expliquer cet amour que je ressens pour toi,
Qui a émergé mystérieusement de nulle part,
Qui magiquement n’a pas été rien,
Et qui miraculeusement, d’un peu, avec peu et rien
a amélioré le pire qui était en moi.

Je t’aime…
Je t’aime avec un corps qui ne pense pas,
avec un cœur qui ne raisonne pas,
avec une tête qui ne coordonne pas.

Je t’aime incompréhensiblement,
Sans m’étonner de pourquoi je t’aime,
Sans m’importer de pourquoi je t’aime,
Sans me questionner de pourquoi je t’aime.

Je t’aime,
tout simplement parce que je t’aime,
Même moi je ne sais pourquoi Je t’aime…!!!

Pablo Neruda 

Biographie

D’origine modeste, Pablo Neruda, de son vrai nom Ricardo Neftali Reyes Basoalto, est né le 12 juillet 1904 à Parral, dans la région du Maule, région vinicole du centre du Chili, située à environ 3h de Santiago. Son père est conducteur de trains et sa mère institutrice meurt un mois après sa naissance. Son enfance, très proche de la nature, a pour cadre Temuco, petite ville de l’Araucanie.

https://youtu.be/GnbE1kxR7Go

« L’enfant qui ne joue pas n’est pas un enfant, mais l’homme qui ne joue pas a perdu à jamais l’enfant qui vivait en lui et qui lui manquera beaucoup. » Pablo Neruda

Il écrit avec frénésie dès l’adolescence, alors qu’il poursuit ses études à Santiago, la capitale. Son premier recueil intitulé Crépusculaire (Crepusculario) paraît dès 1923, alors qu’il n’est âgé que de 19 ans. Depuis cette date, les oeuvres se succèdent au long d’une vie marquée par les voyages, l’errance, l’exil.

« Ainsi toute ma vie, je suis allé, venu, changeant de vêtements et de planète.» Pablo Neruda

Il mène de front une carrière littéraire et politique. Dès 1927, Pablo Neruda occupe plusieurs postes consulaires et est élu sénateur des provinces minières du Nord du Chili en 1945. Communiste, les persécutions du président de la République, Gabriel González Videla, l’obligent à fuir son pays. En 1970, il est nommé ambassadeur du Chili du président socialiste Allende. En 1971, il reçoit le prix Nobel de littérature pour une œuvre poétique colossale teintée de lutte politique et de révolte avec le Chant général (1950), mais aussi d’un lyrisme délicat avec Vingt poèmes d’amour et Une chanson désespérée (1924). Il meurt peu après le putsch militaire de septembre 1973 qui renverse le gouvernement socialiste et instaure la dictature de Pinochet.

La Isla Negra

Valparaiso. Route vers la côte pacifique et Isla Negra , charmante baie bordée de pins maritimes pour y visiter l’une des maisons de Pablo Neruda, poète et épicurien invétéré.

« L’océan Pacifique est sorti de la carte. Il n’y avait pas d’endroit où le mettre. C’était tellement gros, sale et bleu qu’il ne rentrait nulle part. C’est pourquoi ils l’ont laissé devant ma fenêtre. » Pablo Neruda

A moins d’une centaine  de kilomètres de Valparaiso, à Isla Negra qui n’est pas comme son nom l’indique une île, mais un village situé au bord de la plage. En 1944, Pablo Neruda a commencé à y construire une maison où il pourrait travailler sur son chef d’oeuvre « Canto général », recueil de poèmes sur l’histoire et la nature américaines, qu’il a commencé à composer en 1938 après son retour d’Europe un an plus tôt. Pablo Neruda a rédigé à cet endroit peut-être ses plus importantes oeuvres. L’endroit s’appelait à l’origine Las Gaviotas. Le poète l’a renommé Isla Negra à cause de la couleur de ses rochers. Il y a dans cette maison des espaces qui commémorent son amitié avec des poètes morts, dont il a fait graver les noms sur les poutres du bar. La chambre surplombe l’océan avec ses vagues et dans le jardin, se trouvent les tombes de Pablo Neruda et Matilde faisant face à l’océan.

Isla Negra Photo : Fondation Pablo Neruda

Neruda a voyagé autour du Chili en tant que sénateur et principal membre du parti communiste. Il a également été exilé pendant plusieurs années à Buenos Aires et au Mexique. L’endroit s’appelait à l’origine Las Gaviotas. Le poète l’a renommé Isla Negra à cause de la couleur de ses rochers.

https://youtu.be/atkDkxhjZMk
https://youtu.be/_VuPDa0lbmk

Poème 20. Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit…

Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit. Écrire par exemple : « La nuit est étoilée, les étoiles frissonnent, bleues, dans le lointain. » Le vent de la nuit tourne dans le ciel et chante. Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit. Je l’ai aimée et parfois elle aussi m’a aimé. Je l’ai tenue dans mes bras, des nuits sans pareilles, Embrassée tant de fois sous le ciel infini. Elle m’a aimé, et parfois je l’ai aimée aussi. Comment n’aurais-je pas aimé ses grands yeux fixes. Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit. Penser ne l’avoir plus. Sentir l’avoir perdue. Écouter l’immense nuit, sans elle plus immense. À l’âme est le poème, à l’herbe est la rosée. Si mon amour ne peut la retenir, qu’importe. La nuit est étoilée sans qu’elle soit près de moi. Voilà tout. Quelqu’un chante au loin, là-bas, au loin. Mon âme, de l’avoir perdue, est mécontente. La cherche mon regard qui veut s’approcher d’elle. La cherche mon cœur, sans qu’elle soit près de moi. Et la même nuit a blanchi les mêmes arbres. Nous autres, ceux d’alors, ne sommes plus les mêmes. Je ne l’aime plus, mais comme j’ai pu l’aimer. Ma voix mendiait au vent d’atteindre son oreille. À un autre, elle sera. Comme avant mes baisers. À un autre, sa voix, clair, son corps. Ses yeux infinis.  Je ne l’aime plus, oui, mais la désire encore. L’amour est si bref, et le temps de l’oubli, si long. L’avoir serrée dans mes bras des nuits sans pareilles, Mon âme, de l’avoir perdue, est mécontente. Que soit dernière, cette douleur qu’elle me donne, Que soient derniers, ces vers que j’ai écrit pour elle

7 commentaires

  1. Superbe chronique sur un homme énorme, alliant art et politique, le vivre ensemble dans le respect et l’amour. La poésie du sensible. Quel drame pour lui s’il voyait la victoire actuelle de la pensée libérale et ses dégâts. J’ai pu voir ce week-end le film « Le facteur de Pablo Neruda » avec Philippe Noiret. Ça n’a pas pris une ride et c’est beau à en pleurer 😀. As-tu vu ce film ? Belle journée Alan

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour Alain. Oui, comme tu dis, il serait fou de rage et beaucoup d’hommes ou de femmes majeur(e)s en politique ou en art. Ce monde dérive grave et a besoin d’un électrochoc. Merci pour l’info au sujet de ce film que je ne connais pas. C’est un comble car j’adore Noiret en plus 😉
      Je vais regarder ça de près .
      Belle journée à toi également.

      Aimé par 1 personne

  2. Mais que j’aime cette libération de tes sentiments pour un homme aussi important.
    Ta lettre est belle et forte, et tu vois ça fait du bien de lire des paroles d’amour.
    il ne faudrait jamais cesser de dire aux gens qu’on aime, qu’on les aime !!!
    Des bisous et merci pour ce vent de vitalité et d’émotions
    P.S: S’il reste un peu de ce vin, j’arrive !!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s