Oxmo Puccino / L’enfant devant soi

J’ai découvert tardivement le poète Oxmo. L’écriture de cet homme placide impose le respect. J’aime la profondeur, la sensibilité et la poésie de ses textes. J’aime sa voix calme posée sur des mots punchy qui parlent de l’existence dans des cages, dans ces territoires ghettoïsés où il décrit un quotidien à la fois tragique et comique, où l’enfant qu’il était a connu à la fois « les tentacules de la solitude »et « une vie à 1000 au m2 », « entre l’avenir et nos origines ». Il a écrit « l’enfant seul » qui me parle beaucoup pour des raisons personnelles. Cette phrase issue de son texte parle d’elle même :

« T’es l’enfant seul ? Viens-tu des bas-fonds ? Ou des quartiers neufs ? Bref, au fond tous la même souffrance … »

Aujourd’hui, Oxmo s’engage pour l’enfant auprès de l’Unicef pour que le génie de l’enfance soit élevée au sommet comme une graine qui pousse un arbre vers le ciel et donne enfin ses fruits. Cet article aborde surtout cette dimension d’Oxmo au service de l’enfant, pour qu’il n’y ait plus d’enfants soldats, de mines anti-personnelles qui créent des enfants mendiants (j’en ai vu de mes yeux vu dans la région Tambacounda au Sénégal, près du Mali), pour qu’il n’y ai plus la faim ou la fin (au choix…), pour des écoles, des dispensaires, pour un avenir. Les africains ont un potentiel de ouf mais au lieu de piller les richesses de leur sous-sol sans rien donner en retour, laissons les utiliser cette belle énergie qui est la leur, une énergie basée sur le collectif et la sagesse transmise par leurs ancêtres. Je ne crois pas uniquement aux aides humanitaires. Je ne defends pas le « business humanitaire ». Je crois à l’apprentissage de l’autonomie, à commencer par l’autonomie alimentaire, par une production locale et écologique.

Cet article démarre par « Soleil du Nord » en version acoustique qui resitue bien le « décor » de départ avant d’aborder plus loin l’engagement d’Oxmo pour l’enfance, un devoir, une transmission à accomplir…

Alan mabden La culture a du sens / Pigrai Flair Mardi 2 Février 2021

https://youtu.be/FgRLBCGjfEg

Biographie / les débuts

Né au Mali, Abdoulaye Diarra arrive à Paris en 1975 et ses parents s’installent dans le 19e arrondissement quand il a l’âge de un an. Il habitera pendant de nombreuses années dans le quartier Danube, à côté de la Place des fêtes, un des territoires les plus ghettoïsé de Paris, surtout réputé pour la toxicomanie et ses crackeurs. C’est là qu’il passe son adolescence et qu’il commence à s’intéresser au rap. Touché par la violence de son quartier où naît notamment un de ses trois frères Mamoutou Diarra qui s’investit dans le sport et qui deviendra joueur international français de basket-ball.

https://youtu.be/pGHVs6mL6d8

« Vu que les conneries de gosses des rues couvrent
Souvent un jeune qui souffre d’un gros gouffre affectif
Grandir sans père c’est dur
Même si la mère persévère
Ça sert mais pas à trouver ses repères c’est sûr !
Perdre sa mère c’est pire ! Demande à Pit j’t’assure
T’as pas saisi enlève la mer de la Côte D’Azur
Quand ces gosses poussent leur souffrance aussi
Nous savons tous que personne ne guérit de son enfance
Même un torse poilu ne peut oublier sa vie de
Gosse du divorce rossé par son beau-père
L’enfant seul c’est toi, eux, lui, elle
Oxmo Puccino voix de miel »

L’engagement pour l’enfance / « Un devoir »

« Il ne faut pas se laisser intimider par les obstacles, jamais. Je pense que c’est l’une des premières choses à dire aux enfants : ça ne va pas être facile, mais tout est possible, et c’est vous qui décidez de la hauteur des obstacles. Je l’enseigne à ma fille de 4 ans tous les jours. Si on apporte chacun notre goutte d’eau, on peut faire un océan. »


« Il y a une chose que je n’arrive pas à accepter : c’est qu’un enfant puisse mourir. S’engager pour les enfants, je le vois comme un devoir, un devoir que nous avons tous / il ne faut pas attendre les moments tragiques pour agir : c’est tous les jours qu’ils ont besoin de nous. En Afrique, on dit souvent que les enfants sont à tout le monde. On est tous responsables des enfants du monde / Je veux que le monde tourne les yeux vers les enfants soldats, ceux qui sont malnutris, ceux qui ne vont pas à l’école./ J’ai rencontré au cours de mes voyages des jeunes avec un potentiel énorme, qui auraient pu, s’ils avaient eu la chance de faire des études, apporter une vraie richesse au monde » Oxmo Puccino

« Naître adulte »

En nommant Oxmo Puccino ambassadeur le 18 octobre 2012, L’Unicef France a souhaité saluer l’implication de cet artiste, auteur, rappeur, musicien », qui soutient l’organisation depuis 2009 lorsqu’il avait composé une chanson pour elle : 

https://youtu.be/ytyZksYY4yE

Vu sur: https://www.unicef.fr/article/oxmo-puccino-naitre-adulte

Dans ta chanson, tu dis « le poison de ce monde, c’est l’ignorance » ? Tu entends quoi par cette phrase ?

Je répondrais à cette question par cette citation de Balzac qui résume assez bien ce que j’ai voulu signifier.

« L’ignorance est la mère de tous les crimes. Un crime est, avant tout, un manque de raisonnement » Balzac

https://dai.ly/xazagy

Le vide en soi

Cette chanson se sirote en pleurant
A la recherche des absents au Soleil Levant

La tête basse, on s’obstine
Attendant de quel nuage viendra l’signe
Bientôt quelqu’un va nous manquer
Les yeux, trop petits pour nous planquer
La douleur des jours de triste costume
Qui nous rappelle qu’on n’aime qu’à titre posthume

La joie est une révolte matée
Un pluie de l’intérieur colmatée

Si le chagrin nous met à l’abri du réconfort
Comme on l’a saisi faut qu’on soit fort
Pour la vie, devant soi …


La vie est une tristesse à dépasser
Pendant longtemps par des rires d’enfants, des souvenirs d’antan

Pendant la chute on s’accroche à des devises
Passée l’inconsolation : le silence livre
Une peine aux pages closes, desquelles on s’délivre
Par des mots qui prennent la peine et la divise

Vaut mieux chanter ensemble qu’y penser tout seul
A cette vie qui continue, sans perdre boussole
Nous sur l’écorce terrestre, n’avons plus qu’à aimer ceux qui restent
Prenons-nous dans les bras pendant que le loup n’y est pas …

https://youtu.be/E52n0OGqDeo
https://youtu.be/8NJggCGNeI8

« Vivre c’est des chiffres et des lettres des chutes et des litres
Des chèques et des contrats, tout ce que tu pourras
Et lorsque tu pourras plus, tout va ralentir
Signe l’avenir devient repentir.
À chaque marche passée, l’escalier s’effondre
Alors je saute en chantant sur chaque seconde
La vie est un beau train avec de sales wagons. La chance vagabonde,
J’attends pas qu’on m’approuve j’suis un grand de ce monde
Compose avec la lumière en tant qu’homme de l’ombre »

https://youtu.be/XVFinZKCIxY

9 commentaires

  1. Oxmo Puccino c’était pour moi un nom entendu ici ou là. Après avoir lu ta chronique et écouté tous ces merveilleux titres, je découvre un poète, un homme de cœur, un de ceux qui font partie de ma grande famille en quelque sorte ! Merci Alan

    Aimé par 1 personne

    1. Oui Alain. Cet homme transforme les blessures de son enfance et de sa jeune vie d’adulte en force pour aider les autres. Au delà du rap et de sa forme,que l’on adore ou que l’on déteste, il y a les mots et le vécu, la souffrance et … l’espérance d’un autre monde, celui du cœur et du partage.
      Merci pour ton commentaire. A bientôt.

      J'aime

  2. Encore une sacrée découverte…et en profondeur ! Magnifique ces vidéos !quel homme! Je ne connaissais que pour avoir entendu son nom mais ignorait tout ou presque du personnage ! À nouveau merci Alan pour ton article 🌹
    Belle journée à toi 😘

    Aimé par 1 personne

  3. Bel article, et bel hommage à cet artiste talentueux qui mérite amplement d’être plus connu. Oxmo à une très belle personnalité, et sa sensibilité me touche. Comme toi j’ai une petite affection particulière pour le titre « l’enfant seul », mais son répertoire est vaste, j’aime également beaucoup sa chanson « on s’connaissait pas », ou encore « Soleil du nord » qui est effectivement une de ses plus belles œuvres.
    Merci Alan pour ce sympathique post
    Bon week-end

    Ben

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s