Rétro-Soul in New York / Joan Wasser (Joan As Police Woman)

Entre rock, jazz, funk, classique et soul Joan Wasser est une artiste pop/folk ayant collaboré avec Jeff Buckley, Lou Reed, Nick Cave, Dave Gahan, Antony and the Johnsons et Rufus Wainwright. Elle crée son groupe Joan as Police Woman(*) en 2002, trio formé avec Ben Peroowky et Rainy Orteca, rejoint par Maxim Moston et Charlie Burnham.

https://youtu.be/2ur_MHEI85o

« Dans la perspective de la sortie de The Classic, Wasser a tenu à souligner l’influence de Stevie Wonder. La positivité irradiée par la musique de la légende de la soul a évidemment eu un impact sur les styles sonores de Wasser (The Classic a été surnommé «  rétro-soul  » et a également recueilli des comparaisons avec le travail d’Amy Winehouse) et les perspectives. »

https://youtu.be/3uMZ4EomJ3w
https://youtu.be/2Wmz918Ujzs

(*) Joan, Police woman ?

Joan a eu une période au cours de laquelle elle ressemblait à un clone de l’actrice Angie Dickinson avec des cheveux blonds moelleux et un pantalon ultra moulant. Elle correspondait vraiment au personnage principal de la série télévisée Police Woman. Elle était, en bref, Joan en tant que policière. Ne sous-estimez pas la popularité de la série et de sa star, le sergent « Pepper »Anderson en 1976. Le président américain, Gerald Ford, reporta une conférence de presse car il devait regarder un épisode de Police Woman – son émission de télévision préférée.

https://youtu.be/LfXqJth6Eo4
https://youtu.be/qMCQJ11aotg

Biographie

« Enfant, j’ai grandi dans cette dualité où j’allais voir Black Flag et j’étudiais Chopin. Pour moi, il n’y a pas tant de différences que ça entre les Bad Brains, Siouxsie, Tchaïkovski et Bartók. Ils ont tous la même force, font preuve de la même violence… La sainte trilogie de Wonder, je l’ai écoutée jusqu’à la corde. On ne peut pas me faire plus beau compliment que de me dire qu’un titre comme What Would You Do, sur The Classic, s’en inspire » Les Inrockruptibles

La très musicalement précoce Joan Wasser naît le 26 juillet 1970 à Biddeford, dans le Maine, même si elle grandit à Norwalk, dans le Connecticut. Elle commence le piano à l’âge de six ans, avant de se consacrer au violon à huit. Elle fait partie de plusieurs orchestres entre celui de l’école et de la municipalité, puis poursuit ses études à la Boston University où elle est prise sous l’aile du talentueux Yuri Mazurkevich, élève du virtuose russe David Oistrakh. Elle se produit en compagnie du Boston University Symphony Orchestra et rejoint également les groupes locaux Lotus Eaters, Hot Trix où elle rencontre Mary Timony, ou encore The Dambuilders qui se séparent en 1997.

Cette année aura été particulièrement douloureuse car elle perd son conjoint, le chanteur à la voix plus pure que le cristal Jeff Buckley, qui est retrouvé noyé dans le Tennessee en mai. Il avait composé « Everybody Here Wants You » à son attention

Elle collabore avec Nathan Larson, Jeff Buckley, puis avec Antony and the Johnsons ). Elle contribue grandement à leur oeuvre I Am A Bird Now qui remporte le Mercury Prize. Elle se sent revivre en compagnie d’Antony, chanteur à la voix hors du temps.

Elle crée son groupe Joan as Police Woman en 2002, trio formé avec Ben Peroowky et Rainy Orteca, rejoint par Maxim Moston et Charlie Burnham. En 2004 sort un EP homonyme : Joan as Police Woman, et le groupe fait la première partie des concerts de Rufus Wainwright. Ce dernier sera invité sur le morceau To America clôturant leur premier album : Real Life, prix du meilleur album pop/rock au en 2008. Le second album To survive paraît en 2008, enregistré avec Rainy Orteca et Parker Kindred, batteur de Jeff Buckley. Elle travaille également avec Lloyd Cole sur son album Broken Records en 2010.

En janvier 2011, sort son single The Magic et l’album The Deep Field décrit « comme le plus ouvert et le plus joyeux ».

https://youtu.be/cT05eG5vsxI

Un troisième album marqué par un nouveau décès douloureux, celui de sa mère, paraît en janvier 2011. Sous son titre métaphysique faisant référence à une photo envoyée par le satellite Hubble (le champ profond de Hubble dans la constellation de la grande ourse) mais également à une technique de relaxation et à un roman. The Deep Field cache les nouvelles compositions lumineuses de Joan Wasser, accompagnée à trois reprises par Joseph Arthur.

https://youtu.be/zS5pjxseTQM

Entre autres activités, l’artiste participe à la mission humanitaire Africa Express mise en oeuvre par Damon Albarn. Pour The Classic en 2014, Joan as Poolice Woman revisite à sa façon très personnelle le rock et la soul version période classique. Elle retrouve le continent africain pour l’enregistrement d’un album de fusion électronique, Let It Be You (2016), avec le multi-instrumentiste américain Benjamin Lazar Davis. De retour dans sa terre natale, elle participe en 2017 à un concert de la tournée d’adieu de Daniel Johnston, puis s’attelle aux compositions de son nouvel album. Celui-ci, intitulé Damned Devotion (2018), la voit retrouver le style de rock lo-fi de ses débuts.

2 commentaires

    1. J’écoute plein de trucs sur des supports choisis. J’écoute les yeux fermés et si ça parle à mon petit cœur, je vais approfondir. Parfois, je suis déçu et ça s’arrête à un morceau. Parfois et la c’est génial, je vais chercher plusieurs videos de l’artiste avant de trouver celle que je kiffe vraiment. C’est souvent les piano-voix qui m’attire. La qualité de la prise de vue est très importante pour moi car je suis très visuel. En général quand la vidéo est soignée, l’artiste correspond.
      A tchao.
      Alan

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s