Pop / Mesparrow / L’oiseau de jungle contemporaine

Connue pour ses concerts impressionnants d’intensité, Mesparrow, artiste française originaire de Tours m’a d’abord séduit par ses textes en français et son originalité. Mais « Miss Moineau » sait aussi jouer avec le beat et nous embarquer dans un rythme à la progression hypnotique et nous faire planer du haut de sa voix dans une pop envoûtante et percutante. Petit cadeau joyau à la fin, un enregistrement de Mesparrow au bar La caravelle, à St Malo-Rochebonne face à la plage du sillon. Un endroit qui me rappelle bien des souvenirs heureux.Alan

https://youtu.be/qUmDxti_8m0

Bio

Après cinq ans d’études de piano, de chant et quelques groupes de rock au collège/lycée, elle rentre aux Beaux Arts, Dans les soirées étudiantes, elle commence à présenter des performances voix/vidéo, des choses très courtes, avec une pédale de boucles et un micro avec des respirations, des sons abstraits. Le moineau déploie ses ailes, puis migre à Londres, rejoint la petite communauté anti-folk du 12 Bar Club de Soho.

« Je voulais juste vivre là-bas, et parler anglais. Je me suis retrouvée en coloc avec des gens que je ne connaissais pas. J’ai commencé par m’enfermer dans ma chambre avec un ampli et ma pédale de boucles. Je fais tout à la voix, quand j’entendais une guitare ou une batterie, je les faisais à la voix. Les chansons sont venues comme ça »

Au bout de deux ans, retour à Tours. Sur la foi de concerts impressionnants, seule sur scène, avec son clavier, ses boucles et sa chorale fantôme, elle est programmée au Printemps de Bourges, puis au Chantier des Francos à la Rochelle. Elle emballe le public et les médias sans avoir sorti un seul disque, par l’intensité magique de ses concerts uniquement.

Au départ, elle se faisait appeler Miss Sparrow, « Mademoiselle Moineau ». Mais Marion Gaume n’aimait pas les trois « s » dans Miss Sparrow. Du coup, elle en a enlevé deux, mais elle a gardé les ailes, la tourangelle. Mesparrow, « moi moineau ».

https://youtu.be/TTbLZF9LRUk

Mesparrow a enregistré son premier album au studio Black Box, près d’Angers. Les chansons sont celles de la scène, adaptées à l’enregistrement. Mesparrow aime Billie Holiday, Barbara, PJ Harvey, Shannon Wright, les Doors, Cat Power, Patti Smith, un album de chants Inca et tout un tas d’autres choses. Ce qu’elle partage avec ses idoles, c’est une personnalité musicale singulière, le goût des expériences, une voix qui transporte les émotions. C’est de la pop au sens large. De la musique d’aujourd’hui, avec une histoire qui remonte au gospel, au cabaret et au vécu. C’est de la soul blanche, de la musique du corps, qui vient des tripes, remonte et s’affine le long des cordes vocales. Cet album, « Keep This Moment Alive », c’est autre chose que le live, mais c’est beaucoup plus qu’une cage dorée pour les chansons indomptables de Mesparrow. C’est un moment important, qu’elle veut garder en vie,

J’ai éteints les écrans, fermé les yeux,
Écouté les enfants jouer
J’ai compté les passants, pressé un feu
Écouté le vent siffler

Ils lancent des tirades puisées dans la fontaine
Puis partent en campagne en quête d’un molière
Ils me noient sous leurs flot dans des vagues de sourire
Et comme dalida dit: “paroles, paroles, paroles”
J’ai peur quand ils rient, je pleure quand ils jubilent
Et la sueur sur leur front m’effraie

https://youtu.be/tN7Bqnq8iwo

La jungle contemporaine,
Joyau de la folie humaine,
Fardeau des hommes

https://youtu.be/pJjOQ82gvNM

Des châteaux de glace percent,
Nuages et ciels,
Un oiseau de chasse passe,
Brise ses ailes,

Ooooh ville phare,
Comme tu brille tard,
Dans l’infini,
Que ta robe est belle,

J’aime la rivière qui coule,
Doucement, silencieuse, si vive,
Je la longe souvent,
Les courants, dansent et font pousser ma sbire,
Sage, pérenne, lame incisive,
Ignore que son doux sillon lie,

Comme il divise,

La jungle contemporaine,
Joyau de la folie humaine,
Fardeau des hommes,

Des châteaux de glace percent,
Nuages et ciels,
Un oiseau de chasse passe,
Brise ses ailes,

Ooooh ville phare,
Comme tu brûles noir,
Dans l’épaisseur, de ta brume pleine,

J’aime la rivière qui coule,
Doucement, silencieuse, si vive,
Je la longe souvent
,

Les courants, dansent et font pousser ma sbire,
Sage, pérenne, lame incisive,
Ignore que son doux sillon lie,
Comme il divise,

La jungle contemporaine,
Joyau de la folie humaine,
Fardeau des hommes,

La jungle contemporaine,
Joyau de la folie humaine,
Tombeau, des Hommes.

Enregistré à Saint Malo sur le sillon : Bar La caravelle https://youtu.be/7omqRvATBx8
https://youtu.be/LQCVJaFaQ4o

7 commentaires

  1. Originalité, douceur, belle femme et jolie voix…
    Tu as du goût 🙂
    Merci pour cette publication qui me plait beaucoup.
    Bien entendu, tout ton blog est remarquable et tu nous surprends toujours.
    Je découvre tellement de chouettes choses via tes partages.
    Tu as vraiment du flair pour dégoter des talents. Yeahhhh !
    Tu es toi-même talentueux.
    L’artiste est en toi 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s