J’ai vu / Adieu les cons / Albert Dupontel

Ce film m’a cueilli là ou je ne l’attendait pas et c’est surtout dans la deuxième partie que j’ai été embarqué. Dans ce monde verrouillé par la technologie et la bureaucratie, ou l’humain est formaté, classé, rangé, espionné, il y a la quête d’une femme, à la recherche de son enfant classé sous X. Dans ce scénario improbable et déjanté à la Dupontel, se glisse des moments de poésie et d’émotion à fleur de peau, grâce à la touchante Virginie Effira et aux personnages dits « handicapés », comme cet aveugle trouvé dans les « archives » qui voit et ressent des choses sans technologie, ou cet ancien médecin accoucheur, atteint de la maladie d’Alzheimer, oublié dans un fauteuil roulant. Dupontel nous rappelle que l’humain est sensible et que l’amour est la seule quête qui vaille la peine d’être vécue. Nos émotions sont ce qu’il nous reste dans ce monde algorythmé qui tente de nous formater avec une certaine violence. Il y a plein de messages subliminaux dans ce film, glissé par Philippe Guillaume, dit Albert Dupontel ( voir bio plus bas), un homme qui chéri l’humain et pour qui la culture est primordiale, permettant à l’individu d’avoir une véritable identité, à condition de changer de modèle d’éducation. Je vous conseille ce film mais allez le voir sans regarder les critiques ou vous fier aux bandes annonces. Regardez le avec vos yeux et avec votre cœur. Je vous ai glissé plus bas l’interview d’Albert Dupontel par Sky de Thinkerview afin de mieux comprendre la pensée de ce réalisateur atypique. Ce qu’il dit sur notre société et sur l’éducation est très pertinent et percutant. Adieu les cons, vive l’intelligence du cœur! Alan

https://youtu.be/U6snj3HTF8o

« Je crois au genre humain désespérément et j’espère que les gens vont être de plus en plus nombreux à raisonner par eux-mêmes. Et là, on s’en sortira. »

La culture est pour Dupontel fondamentale, fonde l’identité d’un pays et participe à l’élévation de l’individu auquel il croit vraiment. Pas au sens narcissique du terme qu’il condamne mais au sens de l’éveil par l’écoute des émotions des enfants et au développement de leur créativité.

« Le conditionnement, il commence à l’école. Un enfant est un génie, il sait marcher et il sait parler tout seul et on le met à l’école et bizarrement, il ne sait plus rien faire. Pourquoi ? Parce que l’école cherche absolument à le formater avec un monde extérieur qui s’avère de plus en plus déviant. Il l’a déjà été mais en ce moment il l’est particulièrement »,

https://youtu.be/vrus2Jwi67A

Biographie

Fils d’un dentiste et d’un médecin, Albert Dupontel, de son vrai nom Philippe Guillaume, voit le jour le 11 janvier 1964. C’est un élève turbulent et sportif. Après son baccalauréat le jeune homme suit les traces de ses parents et s’inscrit en fac de médecine. Mais en cinquième année il décide de tout abandonner pour suivre une formation à l’École du Théâtre National de Chaillot, où il a pour enseignant Antoine Vitez. Il commence à incarner des petits rôles de 1986 à 1989, puis effectue un passage au sein de l’École d’Ariane Mnouchkine. Durant l’été 90, il se produit dans un théâtre à Nantes, où son spectacle rencontre un certain succès. Patrick Sébastien lui propose de participer à son émission Sébastien, c’est fou. C’est ainsi qu’il se fait connaître du grand public et se lance en montant sur scène où il interprète son one-man-show : Sale Spectacle. En 1990, il débarque sur le petit écran avec une série d’histoires brèves pour la chaîne cryptée Canal+, Sales Histoires. Fort de sa popularité en tant qu’humoriste français, il met en scène en 1992 son premier court métrage, Désiré. Quelques années plus tard, il renouvelle l’expérience avec son premier long-métrage, Bernie, où il interprète le rôle principal. Le ton décalé du réalisateur trouve son public et le film est un succès. En 2013, 9 mois ferme attire un grand nombre de spectateurs et vaut à Sandrine Kiberlain, le César de la meilleure actrice et à Albert Dupontel, celui du meilleur scénario original. En 2017, son nouveau film, Au revoir là-haut, reçoit de nombreuses nominations aux César, dont celui du meilleur film, du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Il reçoit le César du meilleur réalisateur pour Au revoir la-haut. Parallèlement à son métier de réalisateur, Albert Dupontel mène une brillante carrière d’acteur avec de grands réalisateurs : Bertrand Blier (Les Acteurs, Le Bruit des glaçons), Gaspard Noé (Irréversible), Jean-Pierre Jeunet (Un long dimanche de fiançailles), Cédric Klapisch (Paris).

5 commentaires

  1. Je viens de le voir et j’ai adoré 😃. Vive le cinéma sur grand écran…. cela ne va pas être facile mais il m’a convaincu de rester optimisme lui qui a dit, lors de la promo du film, que les gens auront encore envie d’aller voir les films sur grand écran « pour être plus petits que l’histoire ». On ressent ça dans « Adieu les cons », en salle, un souffle d’émotions partagées.

    1. C’est triste de voir une salle au 2/3 vide. Il faut aller le voir et soutenir ce réalisateur si humain.Sans spoiler le film pour ceux qui ne l’ont pas vu, quel est ton ressenti, ton impression 😉 ?

      1. Tout à fait d’accord avec toi. C’est intelligent, surprenant, bien réalisé avec une lumière formidable. Je suis tout à fait enthousiaste sur ce film. Dupontel est déjà à classer dans les grands du cinéma. Et j’ai ri 😀😀. Bon week-end à toi.

  2. Dupontel est une belle personnalité, talentueuse, son regard sur le monde est d’une grande intelligence, et d’une belle finesse d’analyse. Je n’ai pas encore eu l’occasion de voir ce dernier film, mais il s’annonce bien prometteur. L’interview est très intéressante, et permet de mieux connaître la vision de cet artiste.
    Merci Alan pour ce partage

    Bon dimanche à toi

    Ben

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s