Festival Cannes 2020 / La sélection

C’est à grand regret que je n’ai pu vous partager Cannes comme je l’ai fait l’année précédente. Même si le festival a été annulé comme vous le savez pour raison de pandémie, les organisateurs ont tenu à créer une sélection officielle pour soutenir le cinéma et leurs auteurs. Ces films recevront à ce titre un logo labelisé Cannes pour les mettre en valeur. J’adore et soutien ce festival pour la richesse et la variété des films présentés. Ce festival a une saleur particulière à mes yeux car beaucoup de films abordent chaque année des thêmes et des sujets qui abordent notre humanité et son questionnement. Derière les paillettes, Cannes est pour moi un festival de films d’auteurs authentiques qui ont quelquechose d’important à nous transmettre.

Je ne vous livre pour l’instant que la liste complète des films mais je reviendrais sur certains films dans d’autres articles.

Alan pour Pigraï flair/ la culture a du sens.

Les fidèles

«The French Dispatch», de Wes Anderson

«Eté 85», de François Ozon

«Asa ga Kuru» (True Mothers), de Naomi Kawase

«Lovers Rock», de Steve McQueen

«Mangrove», de Steve McQueen

«Druk» (Another Round), de Thomas Vinterberg

«ADN» (DNA), de Maïwenn

«Last Words», de Jonathan Nossiter

«Heaven : To The Land of Happiness», d’Im Sang-soo

«El olvido que seremos», de Fernando Trueba

«Peninsula», de Yeon Sang-ho

«In the Dusk» (Au crépuscule), de Sharunas Bartas

«Des hommes», de Lucas Belvaux

Les nouveaux

«The Real Thing», de Koji Fukada

«Passion simple», de Danielle Arbid

«A Good Man», de Marie-Castille Mention-Schaar

«Les Choses qu’on dit, les choses qu’on fait», d’Emmanuel Mouret

«Souad», d’Ayten Amin

«Limbo», de Ben Sharrock

«Rouge» (Red Soil), de Farid Bentoumi

«Sweat», de Magnus von Horn

«Teddy», de Ludovic et Zoran Boukherma

«February» (Février), de Kamen Kalev

«Ammonite», de Francis Lee

«Un médecin de nuit», d’Elie Wajeman

«Enfant terrible,» d’Oskar Roehler

«Nadia, Butterfly», de Pascal Plante

«Here We Are», de Nir Bergman

Film à sketches

«Septet : the story oh Hong Kong», de Ann Hui, Johnnie To, Tsui Hark, Sammo Hung, Yuen Woo-Ping et Patrick Tam

Premiers films

«Falling», de Viggo Mortensen

«Pleasure», de Ninja Thyberg

«Slalom», de Charlène Favier

«Casa de antiguidades» (Memory House), de Joao Paulo Miranda Maria

«Broken Keys» (Fausse note), de Jimmy Keyrouz

«Ibrahim», de Samir Guesmi

«Beginning» (Au commencement), de Dea Kulumbegashvili

«Gagarine», de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh

«16 printemps», de Suzanne Lindon

«Vaurien», de Peter Dourountzis

«Garçon chiffon», de Nicolas Maury

«Si le vent tombe» (Should The Wind Fall), de Nora Martirosyan

«John and The Hole», de Pascual Sisto

«Striding into The Wind» (Courir au gré du vent), de Wei Shujun

«The Death of Cinema and My Father Too» (La Mort du cinéma et de mon père aussi), de Dani Rosenberg

Documentaires

«En route pour le milliard», de Dieudo Hamadi

«The Truffle Hunters», de Michael Dweck et Gregory Kershaw

«9 jours à Raqqa», de Xavier de Lauzanne

Les comédies

«Antoinette dans les Cévennes», de Caroline Vignal

«Les deux Alfred», de Bruno Podalydès

«Un triomphe», d’Emmanuel Courcol

«Le discours», de Laurent Tirard

«L’origine du monde», de Laurent Lafitte

Films d’animation

«Aya to Majo», de Goro Miyazaki

«Flee», de Jonas Poher Rasmussen

«Josep», d’Aurel

«Soul», de Pete Docter

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s