Parabole / Le pêcheur et le milliardaire

Cela fait trop longtemps que j’ai envie de mettre cette histoire sur mon blog. Elle parle beaucoup de nous, de notre course pour des choses inutiles et la place des vraies valeurs. Eh bien lisez la suite et surtout la fin 😉

Un très riche banquier et investisseur américain se promène au bord de l’eau dans un petit village de la côte mexicaine et regarde un bateau de pêche qui rentre au port avec plusieurs thons.

L’américain complimente le pêcheur pour la qualité de sa pêche et lui demande combien de temps il lui a fallu pour capturer les thons.
« Pas très longtemps » répond le pêcheur
« Mais alors, pourquoi vous n’êtes pas resté en mer plus longtemps pour attraper plus de thons ? » demande le banquier. Le pêcheur répond que les quelques thons péchés suffiront aux besoins de sa famille. L’américain demande alors :
« Mais que faîtes-vous le reste du temps ? »
« Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la guitare. J’ai une vie bien remplie ».

L’américain interrompt le pêcheur pour lui dire :
«Ecoutez moi, j’ai un MBA de l’Université de Harvard, je suis banquier et je peux vous aider. Vous devriez d’abord commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l’argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l’usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, puis Los Angeles, puis peut-être New York, d’où vous dirigeriez toutes vos affaires »

Le pêcheur mexicain demanda alors :
« Combien de temps cela prendrait-il ? »
« Environ 15 à 20 ans », répond le banquier
« Et après ? » demande le pêcheur mexicain
« Après, c’est là que cela devient intéressant, répond l’américain en riant. Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions »
« Des millions ? Mais pour quoi faire ? » demande le pêcheur mexicain
« Et bien après, vous pourrez enfin prendre votre retraite, profiter de la vie, habiter un petit village côtier du Mexique, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme, et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis !! »

5 commentaires

  1. Belle parabole illustrant bien l’absurdité du système dominant le monde entier, sans compter la non gestion des ressources quand le seul but est l’enrichissement. Merci !

    1. Oui. D’accord avec ça. Elle nous fait aussi réfléchir au but même de notre existence. Nous courons après des choses materielles pour compenser nos vides relationnels ou existentiels. Paraître au lieu d’être, tout simplement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s