Récit fiction / Roazhon Forest 2045/1 / Alan Mabden

Ce matin là, il faisait beau avec un léger vent d’Ouest. Je téléphonais à Gwen, notre menuisier local, pour avoir des nouvelles du petit meuble de chevet que je lui avais commandé. Cool, Il serait prêt ce soir.
En 20 ans le monde avait changé radicalement après les multiples crises sanitaires, économiques et sociales traversées par l’ensemble de la population mondiale. Les peuples s’étaient repliés sur eux-mêmes. L’échange international de marchandises était devenu très limité et le modèle de fabrication industrielle de masse effondré. Après cette forte période de trouble des années 20, un pouvoir citoyen s’était mis en place. Les anciennes « fausses démocraties » et les petits dictateurs avaient disparu. Les décisions n’étaient plus prises par des « chefs » ou des technocrates mais par des collèges mixtes composés de citoyens, d’experts de terrain et d’anciens ayant acquis de l’expérience et de la sagesse. La parole était prise régulièrement par les enfants et les ados. Les meilleures idées, retenues par vote, étaient appliquées pour le bien commun et l’intérêt collectif.

Je repensais à mon père et à ces années 20. Lui, le jardinier et écologiste convaincu, gueulait vent contraire contre le souffle de l’inconscience qui éteignait petit à petit la vie et la biodiversité de notre belle planète. Il serait fier aujourd’hui de ce retour à la nature. La civilisation avait survécu, malgré toutes ces tempêtes. Je l’incarnais finalement dans ma mission de chaque jour. J’étais devenu comme lui, un jardinier. Simplement différent. Lui utilisait encore les vieilles méthodes qui demandaient beaucoup de travail. Nous, la nouvelle génération, avions ré-appris la nature, comment elle fonctionnait en profondeur. Le biomimétisme, la permaculture étaient devenues des passions pour moi. Notre groupe de travail était composé d’hommes et de femmes résidents du quartier, sélectionné(e)s sur leurs motivations et leur implication. Nous avions créé une des centaines de micro-forêts qui verdissaient la ville. Rennes Métropole était devenu Roazhon Forest. Un juste retour à nos racines celtiques auxquelles nous étions fortement attaché. Il y a plusieurs siècles, l’Europe entière (et donc la Bretagne) était encore recouverte de forêts avant que les guerres ne les engloutissent par leur appétit de minerai de fer nécessaire à la fabrication de canons et d’engins de destruction massifs.

Notre forêt-jardin permettait aux habitants du quartier (comme tous les autres), d’être auto-suffisants en fruits et légumes ainsi qu’en œufs que nos chères poules consentaient à nous donner généreusement. En échange, nous leur apportions soin, protection et affection jusqu’à leur belle mort naturelle. Nos produits étaient acheminés à la coopérative de quartier. Les hyper et supermarchés ainsi que leurs produits aseptisés, sur-emballés et bourrés de produits chimiques avaient disparu. Ce modèle avait eu son temps et faisait rire les enfants quand on leur expliquait ce vieux schéma. Ils étaient effarés de voir que ce monde ai pu exister, il y a seulement 25 ans !…

La suite bientôt 😉

@Alan Mabden / Lundi 06 Avril 2020 / Pigraï’s Flair – La culture a du sens

4 commentaires

    1. Merci beaucoup Solène. Il y aura plusieurs épisodes. On verra jusqu’où ira mon imagination. J’ai plusieurs projets d’écriture. J’ai pécho le virus de la plume 😉 …

    1. Merci Laurence. J’ai envie de me projeter, de nous projeter vers un avenir optimiste et pour moi réaliste. Cela doit rester de la fiction. Je vais laisser faire l’imaginaire. Tu connais 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s