ECOV / Le covoiturage dynamique

Covoiturer … comme on prend le bus ! Et ainsi faire de la voiture un véritable transport collectif. Telle est l’ambition d’Ecov, entreprise de l’économie sociale et solidaire qui emploie actuellement 40 personnes. Ecov déploie avec les collectivités territoriales des services publics citoyens de
covoiturage
, et plus concrètement des lignes de covoiturage dynamiques.
C’est à dire qu’il n’y a pas de réservation en amont, et le départ se
fait en temps réel
. Les lignes combinent des infrastructures physiques (arrêts de
covoiturage) et services numériques. A mi-chemin entre le stop organisé et le covoiturage courte-distance, Ecov déploie ainsi des arrêts de covoiturage connectées sur des axes clés d’un territoire. Le passager renseigne sa destination sur une borne et les automobilistes intéressés s’arrêtent.

Actuellement : 10 réseaux déployés, et d’autres en cours de déploiement.
Leur objectif d’ici juin 2021 : déployer une vingtaine de lignes supplémentaires.

Ecov ?

Par Challenges.fr / le 13.04.2017

Créée fin 2014 par deux trentenaires, Thomas Matagne (Sciences Po), et Arnaud Bouffard (Polytechnique), Ecov propose aux collectivités territoriales une solution pour répondre aux problématiques de mobilité dans les zones périurbaines et rurales. Avec un pari osé: utiliser les voitures particulières comme moyen de transport collectif.  » Tous les sièges libres dans les voitures sont de vraies ressources pour développer le transport de personnes, fait remarquer Thomas Matagne, le PDG. Mais les solutions de covoiturage existantes excluent les personnes qui n’ont pas de smartphone et restent trop compliquées à utiliser au quotidien. » A mi-chemin entre le stop organisé et le covoiturage courte-distance, Ecov déploie ainsi des stations connectées sur des axes clés d’un territoire. Le piéton renseigne sa destination sur une borne et Ecov calcule en retour le temps d’attente et le prix du trajet en fonction de la distance parcourue.  » Nous nous appuyons sur des estimations du flux de véhicules pour mesurer le potentiel de covoiturage « , précise Thomas Matagne. Une fois que le passager a payé, un panneau lumineux indique aux automobilistes la destination recherchée. Ces derniers n’ont plus qu’à s’arrêter s’ils le souhaitent. La transaction se fait via un code.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s