Jazz / Hailey Tuck

Un plan séquence sur un visage pâle encadré d’une coiffure à la Louise Brooks, frange brune sur regard bleu turquoise, carré sur le menton, deux mèches entourant la bouche rouge, les épaules recouvertes d’une soie bleu nuit,  le tout sur un fond bleu pâle, du bleu, encore du bleu  pour des blue notes, et pour guérir les bleus de l’âme..

Et puis cet air de jeune fille rangée, presque résignée, de celles qui voyant  l’amour à leur portée, sont trop bien élevées pour tendre la main et le laissent passer en le suivant du regard, mais sans tourner la tête, sans ciller, l’œil mi clos, et une indifférence feinte, dans une forme de sagesse quoi, l’acceptation de la vacuité du désir, oui il y a tout ça dans le chant d’Hailey Tuck, ce qui fait d’elle la patronne de la section chanteuses des amis de Shopenhauer.. ./(André Manoukian, Chroniqueur, france Inter


Biographie

Née à Austin, la chanteuse de 27 ans Hailey Tuck possède un talent rare et extraordinaire. Son premier album, “Junk”, produit par le légendaire Larry Klein, est une véritable leçon de musique en 12 pistes significatives et inspirées.

Hailey renverse joyeusement les règles du jazz en transformant à sa façon des chansons aussi diverses que They Don’t Make it Junk de Leonard Cohen, Alcohol de Ray Davies ou bien Underwear de Pulp, tandis que les classiques du cabaret côtoient des compositions originales, le mélange résultant en un cocktail de chansons complètement addictif.

“Je souhaitais travailler avec le Mark Ronson du jazz”, explique Hailey. “J’ai d’abord cherché à savoir qui avait produit les chanteuses que j’aime, Madeleine Peyroux et Melody Gardot en particulier, et je suis tombé sur le nom de Larry Klein. Quand on s’est rencontré, on s’est tout de suite rendu compte qu’on était sur la même longueur d’ondes. C’était magique”.

Cette magie fut enregistrée au fameux Sunset Sound Studios de Los Angeles avec un groupe de vétérans du jazz. Pour Larry, récompensé à plusieurs reprises au Grammy Awards, “Hailey Tuck est unique en son genre”. “Elle est la Holly Golightly du jazz. Une auteure naturelle et une fine observatrice du monde qui l’entoure”.

Après avoir quitté Austin au Texas à 18 ans, Hailey a d’abord aiguisé ses talents scèniques puis entre 2014 et 2016,elle sort  trois EP autoproduits remarqués par le public et la critique.

Junk constitue la première étape de la route d’Hailey vers les sommets de l’art.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s