Oscar Wilde & Dorian Gray / Le désir face à la morale

Publié en 1891, Le portrait de Dorian Gray, est un conte fantastique qui scandalisa l’Angleterre victorienne terrifiée par ce récit subversif. Ce roman à clefs sur la beauté et le désir revisite avec brio le pacte faustien. Célébrant l’hédonisme et l’assouvissement des pulsions à l’aube de la psychanalyse, le livre fustige l’hypocrisie des apparences. Oscar Wilde prône aussi l’émancipation de l’art par rapport à la morale. Mais l’époque conservatrice ne pardonnera pas l’audace de l’écrivain, taxé d’immoralité et soupçonné d’homosexualité.

Cette œuvre majeure est évidemment un portrait d’Oscar Wilde. Le docu ci- dessous réalisé par ARTE analyse très bien cela. Bien qu’il dure 52 mn, il est très fluide et passionnant. Il nous permet de mieux connaître ce grand auteur, bien au-delà de ces célèbres citations. J’ai aussi souhaité accompagner ce post d’un passage important sur sa mère Jane Wilde, poétesse irlandaise, qui, n’en doutons pas, aura fortement influencé le devenir d’Oscar. Je pense que sa parenté irlandaise a du aussi avoir un impact puissant dans son combat contre une certaine domination, un conservatisme britannique et l’hypocrisie de cette époque victorienne de « bien-pensance ». Alan Mabden pour Pigrai Flair / Mercredi 30 décembre 2020.

Jugé pour s’être affiché avec le jeune lord Alfred Douglas et condamné en 1895 à deux ans de travaux forcés, Oscar Wilde meurt seul à Paris en 1900 dans une chambre d’hôtel. Le portrait de Dorian Gray accédera lui à l’immortalité, et sera revendiqué haut et fort par les Swinging Sixties, à commencer par David Bowie.

« Seuls les sens peuvent guérir l’âme, tout comme l’âme seule peut guérir les sens. »

Dorian Gray, un portrait d’Oscar Wilde / ARTE

Excellent portrait (comme d’habitude sur ARTE), très fluide, agréable à regarder et très instructif.

https://youtu.be/fxZhUaI8ml8

« Tous, nous deviendrons d’odieux polichinelles, hantés par la mémoire de ce dont nous fûmes effrayés, par les exquises tentations que nous n’avons pas eu le courage de satisfaire. »

« Vivez ! vivez la merveilleuse vie qui est en vous ! N’en laissez rien perdre ! Cherchez de nouvelles sensations, toujours ! Que rien ne vous effraie…. Un nouvel Hédonisme, voilà ce que le siècle demande. Vous pouvez en être le tangible symbole. Il n’est rien avec votre personnalité que vous ne puissiez faire. Le monde vous appartient pour un temps !« 

« Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder. Résistez et votre âme se rend malade à force de languir ce qu’elle s’interdit. »

« Les livres que le monde appelle immoraux sont ceux qui lui montrent sa propre ignominie. »

Biographie Oscar Wilde

La biographie complète d’Oscar Wilde https://www.oscarwilde.fr/

Oscar Wilde
John Ruskin

Né le 16 octobre 1854 à Dublin (Irlande), Oscar Wilde est issu d’une famille bourgeoise de grande renommée. Il est le deuxième des trois enfants de William Wilde, chirurgien à la réputation internationale et de Jane Francesa Elgee, poétesse engagée. Élève brillant, Oscar Wilde obtient dès 1874 une bourse pour le Magdalen College, l’un des collèges les plus cotés de l’Université d’Oxford. Durant cette période, l’un de ses professeurs, John Ruskin l’initie au mouvement « esthète », une « école » qui estime que l’art ne doit être que recherche du « Beau », sans aucune préoccupation morale ou sociale.

En 1879, Oscar Wilde déménage à Londres et commence alors à fréquenter la haute société londonienne. Ce dandy élégant à l’esprit vif et cynique s’y forge vite une réputation. Il se fait l’apôtre de l’esthétisme dans ses poèmes aux vers raffinés ainsi que dans ses pièces de théâtre. Mais son oeuvre maîtresse en la matière est certainement son roman fantastique Le Portrait de Dorian Gray, publié en 1891.

Aquarelle de Loutia 2016

Oscar Wilde est alors au sommet de sa gloire. Il monte une de ses pièces, Salomé, à Paris en 1891 et écrit plusieurs comédies cyniques qui remportent un grand succès. La même année, il rencontre Lord Alfred Douglas de Queensberry, dont il tombe amoureux. Bien que marié depuis 1884 et père de deux enfants, Oscar Wilde est jugé pour cette homosexualité affichée en 1892. En 1895, le poète est condamné à la peine maximale. Il est envoyé en prison pour deux années et perd dans ce procès sa réputation et l’amour du public. Durant cette période de solitude et de désespoir, Wilde compose une longue lettre adressée à Alfred Douglas qui sera, après sa mort, publiée sous le nom de De Profundis.

Lors de sa libération en 1897, le poète quitte l’Angleterre pour la France. Profondément affecté par son expérience de la prison, il compose sa dernière oeuvre sur ce thème : La Ballade de la geôle de Reading. Oscar Wilde meurt dans la solitude et la misère à Paris, le 30 novembre 1900 à seulement 46 ans. Inhumé sobrement au cimetière de Bagneux, son corps est déplacé au cimetière du Père-Lachaise en 1909 après que son dernier amant, Robert Ross, ait réuni suffisamment d’argent pour lui payer une concession. Longtemps jugée scandaleuse et provocante,la tombe d’Oscar Wilde est surmontée d’un monument représentant un sphinx ailé, sculpté en 1912 par Jacob Epstein.

Jane Francesca Wilde (*), une mère mutine

La mère de Wilde était une poétesse irlandaise bien connue et une fervente nationaliste irlandaise. Elle a écrit des poèmes sous le pseudonyme de «Speranza» pour soutenir le soulèvement irlandais de 1848. Elle a également contribué une fois à un éditorial de The Nation, appelant les Irlandais à lever les armes contre la domination coloniale britannique.

Elle était également une célèbre suffragiste des femmes et elle défendait l’éducation des femmes. Jane Wilde tenait salon où elle aimait recevoir les personnalités en vue de son temps. Elle reçut ainsi Millicent Fawcett et lui permit de parler de la cause des femmes. Elle reçut aussi Anna Kingsford. Elle décéda d’une bronchite chez elle, à Chelsea, sans avoir reçu l’autorisation de rendre visite à son fils alors emprisonné.

Millicent Fawcett – Hyde park
Anna Kingsford fut une militante féministe, écrivain, médecin, théosophe, spiritualiste et hermétiste anglaise. Elle s’engagea également pour le végétarisme et contre la vivisection. Elle fut une des premières Anglaises à obtenir un doctorat en médecine.

(*) Ne pas confondre avec Jane Wilde Hawking Jones, née Jane Beryl Wilde le 29 mars 1944 à St Albans (Hertfordshire, Royaume-Uni), auteure et éducatrice britannique, première épouse du physicien Stephen Hawking .

5 commentaires

  1. J’aime beaucoup Oscar ! Et pas d’hier. Merci Yann pour l’article bien détaillé comme toujours. Et puis tous mes vœux de bonne et heureuse année 2021. Bisous. Belle journée, et au plaisir de te lire.

    1. Bonjour Solène. J’aime beaucoup Yann comme prénom mais je préfère Alan 🤣. Et j’aime bien aussi Oscar et puis Solène😘. Je vois que tu as un nouveau projet de livre pour 2021. Tu écris de plus en plus fort je trouve. Ça résonne. Merci pour quu tu es. 💥💙

      1. Oups ! Désolée. J’ai pensé Alan et écrit Yann ( faut le faire?)..En même temps je venais de répondre à un Yann.
        Bah sinon, j’écris toujours, ça oui. Mais je n’ai absolument pas conscience que ce soit fort. J’ecris ce que je ressens, ce que je vis, sentiments, émotions….
        Merci à toi en tout cas pour l’attention portée.
        Re belle journée ☕☕🌹🌹

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s