Musique / Mélanie De Biasio

La voix de Mélanie De Biasio fait bien plus que réchauffer les âmes et les ouïes. Avec No Deal , la chanteuse belge qui vénère Nina Simone et Abbey Lincoln s’éloigne avec délicatesse des classiques sentiers battus du jazz vocal pour flâner vers la soul ou le blues, voire dans des cieux on ne peut plus planants. Dans ces instants en apesanteur, on ne sait plus si l’on est en terre trip hop ou sur la planète Pink Floyd… A l’arrivée, un superbe disque ovni, totalement fascinant et porté par une voix ne cherchant jamais la virtuosité gratuite ou la facilité de cambrures prévisibles. © MD/Qobuz

Biographie

Source : Wikipédia

Melanie De Biasio est une chanteuse jazz, née le 12 juillet 1978 à Charleroi, en Belgique, d’une mère belge et d’un père italien. Sa famille, issue d’un milieu ouvrier, la baignera toute son enfance dans la musique italienne et wallonne.
Elle choisit la flûte traversière à 8 ans comme premier instrument et rejoint à 12 ans l’Ensemble de l’Harmonie de Charleroi avec qui elle part pour une tournée d’un mois au Canada. Cette première expérience en groupe aura un rôle déterminant sur ses futurs choix de vie. Attirée par les mots et la voix à l’adolescence, elle suivra des cours de diction et de déclamation jusqu’à ses 17 ans.
À l’âge de 16 ans, fan de groupes comme Nirvana, Jeff Buckley, Portishead, Pink Floyd, Jethro Tull, elle fait ses débuts dans un groupe pop rock en tant que flûtiste, auteure et chanteuse. Elle participera en tant que flûtiste à d’autres groupes de Roots Funk à la Sly and the Family Stone et de jazz déjanté aux influences de Zappa avant de partir à Bruxelles faire des études de chant au Conservatoire Royal de Bruxelles et de créer son premier groupe de musique improvisée avec un jeune Trio jazz appelé « Harmadik Ful Trio », et obtient son diplôme en trois ans avec la mention « Distinction ».
En 2002, une grave inflammation pulmonaire la laissera sans voix pendant une année après une tournée désastreuse en Russie. L’expérience va l’inviter à apprivoiser le silence et la respiration, ainsi que le corps et ses résonances. Guérie après cette longue période introspective, Steve Houben, saxophoniste de Chet Baker et de Bill Frisell notamment, l’invite à parcourir ensemble la scène Jazz belge aux côtés de Michel Herr, Jan de Haas, Philippe Aerts… Elle est sélectionnée au Django d’Or en 2006, dans la catégorie « Jeune Talent ».
Son premier album A Stomach Is Burning, enregistré en trois jours à l’ancienne, sort en 2007 chez Igloo Sowarex très bien accueilli par la critique3 en Belgique et en France. Elle reçoit l’Octave de la Musique lui est décerné en 2008.
En 2013 est publié son deuxième album No Deal, sobre et sensuel.
En 2017, elle publie son troisième album : Lilies

Biographie vidéo

Par El Chozo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s