Portrait / Abiy Ahmed / Prix Nobel de la paix 2019

Pigraï est très heureux car un homme extraordinaire vient d’être élu prix Nobel de la Paix. C’est la même joie que pour Wangari Maathaï, fondatrice de la green belt, qui a reçu ce prix en 2004. Tous les deux ont ce sens de l’intérêt général, de l’avenir de la planète. Ce sont des pragmatiques qui n’hésitent pas à se retrousser les manches et à montrer l’exemple, loin des beaux discours de certains de nos chers politiques occidentaux.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a reçu le prix pour ses efforts en faveur de la « paix et de la coopération internationale ». Il a joué un rôle clef dans la signature l’année dernière de l’accord de paix qui a mis fin à une impasse militaire de près de 20 ans avec l’Érythrée, après la guerre frontalière de 1998-2000.

Abiy Ahmed, 43 ans, a également été récemment salué pour son rôle dans la facilitation d’un accord de partage du pouvoir au Soudan voisin, après le renversement du président Omar el-Béchir.

Il est devenu Premier ministre éthiopien en avril 2018 et s’est lancé dans une série de réformes internes qui ont changé la politique du pays.

Abiy Ahmed a accordé l’amnistie à des milliers de prisonniers politiques, permis aux groupes d’opposition d’opérer après des années d’oppression et libéré les médias muselés.

Les efforts de M. Abiy pour aider à mettre fin à la crise politique au Soudan ont également joué un rôle dans la décision de lui décerner le prix Nobel de la paix.

Mais certains critiquent cette décision parce que, comme l’a souligné le comité Nobel, de nombreux problèmes restent à résoudre en Éthiopie.

Les critiques de M. Abiy affirment qu’il n’a pas fait grand-chose pour s’attaquer à la dangereuse augmentation des tensions ethniques qui ont contraint des millions de personnes à quitter leur foyer. Au total, 301 candidats avaient été nominés pour ce prix prestigieux, dont 223 personnes et 78 organisations.Il y avait eu beaucoup de spéculations sur qui allait gagner le prix. Selon les règles de la Fondation Nobel, les listes de candidats présélectionnés ne peuvent être publiées avant 50 ans.

L’Ethiopie, à l’heure de l’écologie, veut planter 4 milliards d’arbres

Publié le 31 juillet 2019, Source : Blog Archipel des sciences

Ces temps-ci, quand le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed apparaît en public, il ôte sa veste, retrousse ses manches, empoigne une pelle et se met à planter des arbres. Le chef de gouvernement montre l’exemple. L’Éthiopie prévoit de planter quatre milliards d’arbres d’ici octobre pour promouvoir la reforestation, dans le but de combattre le réchauffement climatique et protéger les ressources naturelles.

Lundi, les fonctionnaires éthiopiens ont été exemptés de travail pour aller planter des arbres, pendant que M. Abiy cherchait à convaincre le reste du pays de suivre le mouvement. Le gouvernement affirme que ce jour-là 350 millions d’arbres ont été plantés dans le pays, ce qui serait un record à l’échelle mondiale. Depuis mai, quelque trois milliards d’arbres auraient déjà été plantés, selon les autorités éthiopiennes. « Nous avons démontré notre capacité à nous rassembler pour mettre en œuvre une vision commune », déclare à l’AFP, Billene Seyoum, la porte-parole de M. Abiy.

Le chiffre stupéfiant de 350 millions d’arbres plantés a déclenché un certain scepticisme. « Personnellement, je ne pense pas qu’on en ait planté autant », avoue Zelalem Worqagegnehu, porte-parole du parti d’opposition Ezema, en se félicitant tout de même que plusieurs centaines de membres de son parti ont contribué à cet effort lundi. « Nous avons pris ça comme une bonne opportunité d’être solidaires de nos concitoyens », remarque-t-il. « Notre inquiétude, c’est l’héritage environnemental, faire de l’Éthiopie un pays écologique ».

Les forêts couvraient environ 40% du pays il y a un demi-siècle, contre près de 15% aujourd’hui, selon Abiyot Berhanu, directeur de l’Institut de recherche éthiopien sur l’environnement et les forêts. « La déforestation est devenue un problème très sérieux dans plusieurs endroits d’Éthiopie », constate-t-il.

Plantation arbres Ethiopie

Des fillettes participent à une opération nationale de plantation d’arbes en Ethiopie, à Addis Abeba le 28 juillet 2019 (Source : AFP).

Les efforts récents de replantation ciblent des régions d’où les arbres ont disparu au fil des années, explique Mme Billene. Selon elle, des espèces d’arbres différentes ont été plantées en fonction des régions. « Beaucoup de pépinières ont travaillé à produire plus d’arbres jeunes ces deux derniers mois », ajoute-t-elle. Certains des jeunes plants et arbustes sont aussi arrivés de l’étranger.

La reforestation tient une large part dans les efforts mondiaux pour absorber les émissions de CO2. Elle permet aussi de purifier l’eau, produire de l’oxygène et renforcer le revenu des agriculteurs, rapporte Tim Christophersen, président du Partenariat mondial sur la restauration des forêts et des paysages. Mais selon lui, planter des arbres n’est que la première étape. « Le facteur le plus important, c’est la pression du pâturage. Si vous plantez un arbre et qu’un jour plus tard, les chèvres arrivent, c’est sûr qu’elles mangeront l’arbre d’abord et ensuite l’herbe sèche aux alentours », explique-t-il à l’AFP. « On ne parle pas tant de planter des arbres que de les faire pousser », souligne-t-il.

Selon lui, planter 350 millions d’arbres nécessite un espace équivalent à 350.000 hectares, et un volontaire peut planter jusqu’à 100 arbres dans une journée. « Ce n’est pas impossible, mais ça demanderait un effort très bien organisé », observe-t-il.

Cet expert remarque que l’Éthiopie est un des cinq pays seulement considérés comme ayant une contribution « suffisamment ambitieuse » à l’accord de Paris de 2015 sur le climat, destiné à contenir le réchauffement climatique. Cette campagne de reforestation en Ethiopie s’inscrit dans un projet environnemental plus vaste, connue sous le nom de « Green Legacy Initiative » (Initiative d’héritage écologique), qui prévoit de nettoyer les cours d’eau et de rendre l’agriculture plus durable.

Mme Billene estime que la mobilisation de lundi démontre que le message pro-environnement du Premier ministre résonne véritablement dans le pays. « Tout le monde a compris la vision à long terme », affirme-t-elle. « Ils adhèrent aux avantages d’avoir un pays sensible à l’écologie ».

Si l’Éthiopie a réellement planté 350 millions d’arbres lundi, elle aura surpassé le précédent record d’environ 50 millions détenu par l’État indien d’Uttar Pradesh. Mais il faudra sans doute attendre pour que ce record soit officiellement reconnu. Pour l’instant, l’Éthiopie n’a pas tenté de le faire enregistrer auprès du livre Guinness des records, a indiqué la porte-parole de l’organisation Jessica Dawes, dans une réponse écrite à l’AFP.

Source : Sciences & Avenir/AFP

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s