L’effondrement positif 2 / L’espoir et la renaissance / L’imaginaire positif

Pigraï reste positif sur l’effondrement. Etonnant? Non, car s’il ne s’agit pas de nier la vérité d’un certain type d’effondrement qui est déjà en œuvre, celui d’un matérialisme daté (Energies Fossiles et industrie mécanique,..)

, d’un mode d’agriculture daté (Agriculture intensive et polluante), d’une médecine datée (Allopathique), d’un individualisme consumériste bourgeois (de gauche ou de droite d’ailleurs), d’une théorie de la croissance éternelle, ni de contester, comme le font les climato-septiques, le réchauffement climatique qui s’accélère

Il s’agit de voir autrement, positivement cette fin, non du monde mais d’un type de monde, de société.

Il s’agit de regarder l’horizon avec d’autres jumelles, celle de l’espoir fondé sur des faits réels, des actions concrètes, un esprit inventif grâce à un imaginaire positif.

Se déplacer sans polluer

Entendre dire que tout va s’effondrer, que l’on va passer de la voiture à la traction animale ressemble à une caricature. De multiples solutions existent déjà pour remplacer à terme le déplacement humain à énergie fossile et polluante. Dans moins de 5 ans , les véhicules électriques à supercondensateurs (technologie graphen/carbon) vont être le prémice de nouvelles voitures et camions sans batteries, sans émission de rejets polluants. Dans ce domaine, la recherche est constante et cela va très , très vite. Les stations essence seront remplacées par des stations de super chargeurs. Cela est déjà une réalité pour les utilisateurs de Tesla.

Nous ne pourrons pas pour autant continuer avec le concept de la voiture individuelle à grande échelle pour des raisons de capacité de matières premières pour les construire et d’encombrement des villes. Les transports en commun électriques et hybrides, partagés, organisés et plus écologiques vont se développer. Les trains à très grande vitesse vont remplacer à moyen terme l’avion sur les trajets inter-continent (Hyperloop, Trains à sustentation magnétique japonais). Aux Pays-Bas, le parlement a voté en faveur d’une suppression de la liaison aérienne entre Amsterdam et Bruxelles, afin de favoriser le train tout aussi rapide sur une courte distance. En Suède, ce mouvement porte même un nom : Flygskam, littéralement « honte de l’avion ». Le nombre de passagers suédois a diminué de près de 4,4% sur un an, dont – 5,6% sur les vols domestiques. Au contraire, les transports ferroviaires, eux, se frottent les mains. La principale entreprise ferroviaire du pays, SJAB, a vu son chiffre d’affaires augmenter de 10% au premier trimestre 2019. Pour sa part, le gouvernement suédois a investir 50 millions de couronnes (4,8 millions d’euros) pour ouvrir de nouveaux services ferroviaires. Il peut aussi y avoir des restrictions au niveau mondial dans un très proche avenir ( Utilisation du pétrole réservé prioritairement à l’agriculture, aux services de santé, aux bus,..) et une rélocalisation de la production, agricole principalement pour éviter les transports de nourriture d’un bout à l’autre de la planète.

Les Cargos et navires vont aussi évoluer vers des solutions hybrides (Electrique/Hydrogène, complément voiles, filtration des rejets,..). Des projets concrets vont voir le jour dès 2020. De nombreuses compagnies sont en train d’investir pour réduire leurs émissions (ainsi que leur coût de fonctionnement).

L’énergie sera entièrement renouvelable ou à fusion car il n’y aura plus de pétrole ou de gaz. L’hydrogène ne sera pas en reste car l’eau est en abondance sur cette terre et dans H2O, il y a H. Des solutions hybrides existent déjà pour des véhicules, des camions, des cargos ou des habitats en tandem avec l’énergie solaire pour stocker. Dire qu’il n’y aura plus de vie après le pétrole est faux car nous vivions sans avant les années 60 d’une part et que l’électricité sera l’énergie de substitution. On peut faire de l’énergie électrique avec le soleil sans construire des capteurs photovoltaïques, comme au Maroc avec des techniques simples de miroirs métalliques qui renvoie le soleil vers un fluide caloporteur qui alimente une turbine de plusieurs mégawatts. Le soleil, le vent, l’hydrogène sont en quantité illimité et durable sur notre planète. Ces énergies sont notre avenir même si cela est polluant de construire ces centrales pour l’instant et à court terme.

Les nouvelles normes de construction RT (2020) des bâtiments sont à énergie positive, ce qui veut dire que les nouvelles constructions vont créer plus d’énergie qu’elles n’en consomment. De nombreux anciens bâtiments sont ou seront détruits, connaissent ou vont connaître l’isolation par l’extérieur, grand économiseur d’énergie. L’éclairage a vu sa consommation divisée par 10 grâce à la technologie LED (A l’époque de la lampe à pétrole ou des bougies, les humains étaient incapable d’imaginer ce changement, n’est ce pas?). Les appareils globalement ont vu leur consommation divisé par 5 ou par 10 (Ordinateurs portables ou tablettes remplaçant les tours très énergivores, serveurs alimentés en énergies renouvelables, Frigos passant en 20 ans de la catégorie C ou D à A+++, Plaques de cuisson à induction,…)

Une agriculture orientée Bio et circuits courts

L’agriculture, principale responsable d’émissions de gaz à effet de serre (pour un quart), devra évoluer très rapidement vers des modèles qui tiendront compte à la fois des acquis ancestraux et des connaissances accrues en agronomie. Nous allons vers une consommation moindre de viande, de poisson et aussi vers un report des terres pour cultiver du végétal à destination humaine. Moins de protéines carnées, plus de protéines végétales. Une meilleure utilisation des terres puisque la production bovine est très gourmande en espace et en eau. Les hypermarchés vont disparaître progressivement. Cela a déjà commencé. Leur chiffre d’affaire est en chute libre. Nous allons vers d’autres formes de distributions, vers des circuits courts, vers une augmentation des marchés locaux. De nouvelles communautés investissent des terres en orientation bio et permaculture. Les écoles vont progressivement passer au bio, ce qui va accroître cette production en très forte croissance.

Une reforestation de masse à l’échelle planétaire

Pigraï publie de nombreux articles sur la reforestation (Chine, Inde, Afrique,..). ONU environnement et de nombreux partenariats construisent la planète de demain. Actuellement, des centaines de millions d’arbres sont plantés par les services publics (fonctionnaires, armée) et les habitants, ceci très rapidement. Le record détenu par l’Ethiopie est de 350 millions d’arbres en une journée. Ce pays compte atteindre le millard très rapidement.Ces futurs milliards d’arbres seront notre meilleur garantie pour stocker le CO2 actuel et à venir quand il seront adultes dans quelques années. Ces arbres ont pour but de stopper et réduire les zones désertiques. Ils seront aussi de futurs générateurs d’eau.

Une société moins matérialiste

La consommation de biens matériels va s’effondrer et alors ! Est ce si grave? N’est ce pas au contraire bénéfique qu’une civilisation passe du matérialisme à l’échange de services entre les personnes, ce qui est déjà le cas dans de nombreux domaines. La majorité des emplois futurs seront liés à des activités de service ou de création de nouvelles formes d’échange. Nous fabriquerons moins et plus durable. Le marché de l’occasion se porte aussi très bien. Faire durer ( réparation), transformer, recycler un produit n’est plus ringard mais au contraire très tendance et créateur d’emplois

Faire confiance à la jeunesse. Halte à la sinistrose.

Il faut parier sur notre jeunesse et lui faire confiance. C’est elle la plus concernée au sujet de son avenir. Greta Thunberg en est l’exemple. Elle est seulement critiquée par des personnes qui sont conformistes et qui croient encore à une croissance sans fin. Pour eux, le progrès est synonyme de production matérielle illimité. Aujourd’hui, nous avons plus que le confort d’après guerre. Nous avons trop d’objets, de gadgets inutiles, trop de fringues, trop de tout. Nous sommes gavés. Nous pouvons consacrer du temps à autre chose que du shopping. Créer du lien, s’investir dans une association, aider des personnes en difficulté…

Si l’on veut que la jeunesse s’en charge, il faut l’aider avec des pensées positives, des solutions concrètes et non rester devant la télé ou You Tube à regarder « l’effondrement » arriver…

Bougeons nous les fesses! Individuellement et collectivement, il y a tant de chose à faire ! Concrètement, changer son mode de transport, son alimentation, sa gestion des déchets (Zéro déchet, compost partagé), réduire sa consommation, acheter de l’occasion, boycotter certains produits néfastes pour la santé de l’homme et de l’environnement, changer de système de santé, prévenir plutôt que guérir. Chaque individu fait sa part, celle du Colibri. De nombreuses gouttes d’eau font des rivières!

Une démocratie investie par les citoyens

Reste notre soi-disant démocratie. Là aussi, effondrement. Très bien. Cela passe par une 6e république et une démocratie plus citoyenne. Il est temps de reprendre le pouvoir. De nombreux mouvements proposent cette future alternative afin qu’un bulletin de vote ne soit plus un chèque en blanc laissé à un élu sans contre-partie pour les électeurs. Pigraï vous invite à lire le livre de Nicolas Perlas : « la société civile ou le 3e pouvoir ». Là aussi, ça bouge grave. Le vieux monde s’écroule. Qu’un nouvel arbre pousse, celui de l’espoir retrouvé ! le temps de la renaissance arrive !

Mister Pigraï

Pour en savoir plus sur la théorie de l’effondrement :

Excellente analyse avec 4 scénarios possibles. Bien regarder après la 22e minute.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s