« Parasite », Palme d’or à Cannes / Solidarité et complémentarité

Pour les Sud-Coréens, cette Palme d’or récompense la créativité et le dynamisme de tout leur cinéma depuis 20 ans. Une « nouvelle vague » coréenne dont Bong Joon-ho est l’un des plus brillants représentants.

La famille solidaire

La famille Ki-taek, composée des parents et de deux grands enfants, vit dans un quartier pauvre de Séoul. Tous au chômage, ils chapardent à droite, à gauche et vivent de petits boulots. Par relation, l’aîné donne des cours d’anglais à la fille de riches propriétaires de la capitale. Il s’emploie à faire embaucher sa sœur comme professeur d’art, celle-ci recommande son père comme chauffeur, qui convainc son patron de prendre sa femme comme gouvernante. Ils profitent de leurs nouvelles situation, jusqu’à ce qu’un incident fasse tout basculer dans l’horreur.

La famille est un des thèmes majeurs de Bong Joon-Ho qui valorisait ses valeurs de solidarité contre l’adversité dans The Host. Le réalisateur coréen y revenait dans Mother où une mère s’échinait à innocenter son fils d’un crime qu’il n’avait pas commis. La famille de Parasite pourrait être celle de The Host 14 ans plus tard. Mais le monstre apocalyptique de 2006, contre lequel s’unissait une famille débrouillarde, laisse place à la précarité économique contre laquelle l’union fait la force. La solidarité est la même et la complémentarité de chacun contre l’adversité demeure commune.

Le sens de l’image

Le cinéaste pouvait prétendre lui-même au seul prix de la mise en scène. Car Parasite est de ce point de vue remarquable, dans son écriture toute progressive, avec un coup de théâtre qui relance le film jusqu’à un climax violent et déroutant. Le film pourrait se résumer à l’expression d’une lutte des classes jusqu’à la mort. Quant à l’image, elle est d’une élégance de tous les instants. Tous ces atouts et différents prix potentiels ont contaminé le jury, puisqu’il a remis sa Palme à Parasite, avec mérite. 

Bong Joon-Ho pourvoit toujours ses personnages d’une humanité communicative.

L’humour y fait pour beaucoup, et son acteur fétiche Song Kang-Ho aurait mérité le prix d’interprétation masculine cannois, tant il est à chaque apparition irrésistible.

Song Kang-ho (acteur) et Bong joon Ho

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s