Cannes 2019 / Religion et Spiritualité / Le jeune Ahmed (Dardenne) et Une vie cachée (Malick)

Deux films qui abordent la question du rapport au mystique, intéressants à mettre en parrallèle pour aborder la foi, l’idéal de l’homme, son imaginaire, le sens que l’on donne à sa vie. la maitrise que l’on a ou pas de son propre destin, qu’est ce que la pureté, la beauté de l’âme ?

Le Jeune Ahmed montre ainsi très bien la fermeture d’esprit qui peut régner sur certaines consciences sous couvert d’endoctrinement religieux. Sans véritable modèle familial, il ne reste que le modèle religieux pour formater les esprits, le dogme conduisant à la haine. Le jeune Ahmed n’est pas pour autant agressif ; il est juste conditionné pour frapper, la haine de soi se retournant vers les autres ou finalement vers soi-même. L’imam n’est pourtant pas responsable, comme le film le montre, car il n’a jamais ordonné ni même suggéré un acte violent. D’autres musulmans que les radicaux existent bel et bien, proposant la vision d’un  Islam tolérant et voie de sagesse, évitant donc le manichéisme. A la fin, on n’échappera pas comme souvent chez les Dardenne à une esquisse de rédemption qui permet d’ouvrir le film sur l’espoir. Par rapport à d’autres œuvres traitant également de la radicalisation islamiste, thème à la mode, en particulier, L’Adieu à la nuit d’André Téchiné, moins réussi, les Dardenne se signalent à notre attention par leur puissance stylistique.   

Dans Une vie cachée Franz Jägerstätter (le héros du film) n’a pas eu de stratégie politique ou idéologique. Il a désobéi à cause de sa conscience personnelle et ses convictions religieuses en tant que chrétien et cela même après avoir été abandonné par l’évêque. Sa conscience lui ordonne de ne pas juger les autres tout en disant qu’il ne peut pas échapper à son propre jugement envers lui-même.

« Dieu, quand il a créé le monde, il a créé le Mal ». « Il vaut mieux subir l’injustice que la commettre ». « Un jour, nous saurons pourquoi nous vivons. » Comme dans L’Arbre de vie, Terrence Malick laisse transparaître sa conviction d’un ordre divin. L’Agnus Dei en bande-son fait un rapprochement assez clair entre la décision de Franz et le rôle sacrificiel de Jésus.

En revanche, on ne saura très peu des convictions intérieures qui ont ordonné à Franz de refuser jusqu’à la mort à prêter serment. « Il y a des choses où l’on doit obéir plus à Dieu qu’aux hommes ». C’est pratiquement le même raisonnement que le petit Ahmed avance dans le film des frères Dardenne, également en lice pour la Palme d’or. Ahmed justifie ainsi de vouloir tuer au nom de l’Islam sa maîtresse d’école, une « impure », parce qu’en couple avec un juif.

Terrence Malick a visiblement préféré de donner à son œuvre une très forte connotation religieuse. Une vie cachée nous révèle presque plus sur la relation de Malick avec son Dieu que sur les convictions intérieures ayant ordonné à Franz de refuser jusqu’à sa mort à prêter serment à Hitler. « Je ne peux pas l’expliquer », dit-il à Fani lors de la dernière visite de son épouse en prison. « Fais ce qui est juste » lui rassure sa femme sans avoir l’air de vraiment comprendre pourquoi il ne signe pas ce papier qui lui sauverait la vie.

Affichant « inspiré d’une histoire vraie », Terrence Malick a créé pour les besoins de son film un personnage très circonscrit, pratiquement sans défauts. En réalité, dans sa jeunesse, Franz était connu comme un querelleur avant de devenir père d’une fille naturelle née en 1933 et se marier trois ans plus tard avec la très croyante Fani et devenir sacristain dès 1940. Dans Une vie cachée, Terrence Malick dessine un personnage dont la motivation se limite à une relation intime avec Dieu. Son raisonnement n’inclue ni ses ennemis (« je ne vous juge pas ») ni sa femme, ni ses enfants, sa mère ou l’Église. Franz accepte une seule autorité : Dieu. Ainsi il ne s’oppose pas à sa mise à mort comme Jésus s’est laissé crucifier pour remplir sa mission auprès de Dieu.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s