Cannes 2019 / Douleur et gloire /Pedro Almodovar /Prix d’interprétation masculine / Antonio Banderas

Douleur et Gloire est une autobiographie mélancolique, rythmée d’allers et retours entre son enfance et sa vie d’aujourd’hui, entre ses souvenirs et ses amours passés, qui ressurgissent quand il rêve ou «chasse le dragon», c’est-à-dire quand il flotte dans les paradis artificiels. Dans ce nouveau film, Almodóvar dresse, en effet, le portrait d’un homme torturé, en mal d’inspiration, ce qui demeure pour le cinéaste «une terreur permanente»

Le réalisateur madrilène réalise avec cette œuvre ultime un peu son 8 1/2, comme l’avait fait Federico Fellini en 1963 : la confession d’un réalisateur en mal d’inspiration.

Mais là où Il Maestro plongeait son cinéaste dans ses fantasmes pour se ressourcer, Almodovar l’immerge dans les souvenirs afin de trouver l’inspiration.

Entouré de ses acteurs de toujours, Antonio Banderas et Penelope Cruz, accompagné d’autres fidèles comédiens, avec Douleur et Gloire, Almodovar sublime son art.

Synopsis: Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec qui il a travaillé, les années 60, les années 80 et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s