L’effondrement positif / Yggdrazil

Notre civilisation basée sur une consommation effrénée de produits industriels va s’effondrer. Il va y avoir des conséquences économiques, sociales et écologiques. Cet « effondrement » décrit par Pablo Servigné ne va pas être simple. Il va falloir s’y préparer sans « faire l’autruche ». Des énergies se mobilisent avec de belles initiatives pour préparer dès maintenant un autre avenir qui sera peut-être décrit par les générations futures et l’histoire comme la renaissance du 21e siècle . En fait « la fin du monde », c’est à fois flippant et enthousiasmant! Place aux beaux projets et gardons le moral ! A new monde is coming 😉

Pigrai

« Plutôt que de survivre en restant isolés, nous choisissons de vivre, c’est-à-dire de relever le défi de s’organiser, d’aller vers l’autre, de nous reconnecter à la joie en partant de cette réalité pourtant bien sombre.Ce magazine est là pour partager plus que des mauvaises nouvelles, pour créer du lien entre les personnes qui se sentent concernées. Nous aborderons tous les sujets liés à l’effondrement avec :

  • la tête (analyses scientifiques, propositions politiques innovantes…),
  • le cœur (écopsychologie, spiritualité, enfance, imagination…),
  • les mains (savoir-faire traditionnels, “low-techs”, actions, éco-lieux…). »

Manifeste Yggdrasil

Yggdrasil Jeudi 28 mars 2019 L’arbre-monde.

De nombreuses traditions sur notre planète évoquent un arbre géant qui s’élève jusqu’aux cieux. Axe de l’univers, il traverse les trois mondes, celui des morts, des humains et des dieux. C’est à travers lui que le cosmos se régénère perpétuellement.
Dans la mythologie nordique, cet arbre-cosmique s’appelle Yggdrasil. La légende raconte qu’après le grand cataclysme, Yggdrasil, symbole de l’éternité, survivra. De son bois sortiront alors une femme (Vie) et un homme (Désir de Vie), ancêtres de l’humanité nouvelle.Yggdrasil est un frêne qui, comme les autres feuillus, est apparu il y a environ 50 millions d’années. Mais cet arbre mythique, qui a accompagné les premières communautés humaines à grandir, est en train de disparaître du monde occidental… ravagé par une maladie. Il n’est d’ailleurs pas le seul à disparaître : d’innombrables animaux, végétaux, peuples, cultures, langues… ont suivi le chemin de l’extinction. Dérèglements climatiques, épuisement des ressources et des matières premières, destruction du vivant sur terre et dans les mers, déchirement du tissu social, montée des tensions politiques, migrations de masse, anéantissement des peuples premiers… nous glissons inexorablement vers la fin du monde tel que nous le connaissons. Pire, les conditions sont aujourd’hui réunies pour qu’émerge la possibilité que notre société ou notre espèce – et bien plus – s’effondre. Il va falloir maintenant vivre avec. Désormais pour nous, les survivants, il s’agit de s’organiser pour évoluer dans un monde déboussolé, perturbé, dégradé, dévasté, mais toujours en vie.Ces constats, redoutables et accablants, portent en eux le risque d’un effondrement intérieur, car évidemment, réaliser tout cela, c’est côtoyer la mort, la peur, la tristesse, le désespoir, la colère et la rage. Mais de se rendre compte aussi que ces affects sont des marqueurs de notre sensibilité à l’injustice, de notre courage de vivre, et de la profondeur des liens et de l’amour que nous avons pour ce qui disparaît. Ils nous rendent vivants, il est nécessaire de les accueillir, de les traverser, et finalement d’apprendre à côtoyer nos ombres.Vivre avec les catastrophes et avec les mauvaises nouvelles qu’elles charrient, n’est pas qu’une histoire de fin du monde. Pour beaucoup, c’est une opportunité pour se rassembler, retrouver confiance, construire/lutter, comprendre que tout est interconnecté, tisser des alliances avec les “autres qu’humains”, retrouver notre juste place au sein de la toile du vivant, et imaginer ensemble d’autres modes d’organisation et de possibles horizons. Ces défis n’auront d’autres effets que de nous transformer profondément, nous métamorphoser, et pour cela, le moyen le plus sûr est de nous reconnecter à la source jaillissante de l’enfance : la joie.Avec Yggdrasil, nous embarquons pour un voyage initiatique : découvrir l’être qui vibre en chacun et, grâce aux autres êtres vivants, déployer et explorer sa part sauvage, lui redonner vie. Accompagner la fin d’un cycle et engager le renouveau.
Que la grande traversée commence !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s