Cinéma / Mister Nobody (2009)

Film de Jaco Van Dormael

Oeuvres majeures : Jaco van Dormael

  • Mr. Nobody (2009)
  • Le Tout Nouveau Testament (2015)
  • Le Huitième Jour (1996)
  • Toto le héros (1991)

 Critique publiée par -Anna- le9 février 2013

Un enfant sur le quai d’un gare, un vieil homme qui tente de se souvenir, un adolescent solitaire, un père de famille désespéré… Une seule et même personne. Un homme qui vit toutes ses vies, tous ses âges à la fois. Un homme qui fait des choix, et des choix qui ont des conséquences. Des histoires de vie(s). Un homme qui n’existe que s’il fait des choix. Un homme qui n’existe pas. Un homme qui s’appelle Nemo Nobody. Nemo qui veut dire personne en latin. Nobody qui veut dire la même chose en anglais. Du coup, qui mieux pour l’incarner que l’incroyable Jared Leto, homme tellement parfait qu’il ne peut décemment pas exister ?

Ce film ne raconte pas une histoire. Du moins pas comme on l’entend. Pas un début, un milieu et une fin. Pas une temporalité linéaire. Cet homme vit tout à la fois. Sans notion de passé, de présent et d’avenir. Et surtout, il vit toutes à la fois les vies qui dépendent de ses choix. Le premier, sur le quai d’une gare, à neuf ans : choisir de partir avec sa mère ou de rester avec son père (joué par Rhys Ifans, Spike dans Coup de Foudre à Notting Hill, Xenophilius Lovegood dans Harry Potter, Gavin Kavanagh dans The Boat That Rocked… Fantastique acteur, trop méconnu à mon goût.) Tout part de là.

C’est un film très psychédélique, très schizophrène. Certains arrêteront au bout d’une demie-heure à coup de « c’est nul je comprends rien ». Ce serait trop dommage. C’est un film très esthétique. Et très quantique. C’est un film qui existe, mais qui ne ressemble pas à un film. Qui parle d’un personnage qui n’existe pas, mais existe quand même. Avec des histoires qu’il vit, mais pas vraiment. On est toujours dans cette dualité entre le oui et le non. Vous connaissez le chat de Schrödinger ? Ce chat, dans une boite, qui peut-être mort ou vivant, et qui du coup, tant qu’on n’ouvre pas la boîte, est à la fois mort et vivant. Eh bien ce film vit sur ce principe. Et aborde d’ailleurs pas mal de principes quantiques et de théories scientifiques modernes. La théorie des multivers, la théorie des dimensions enchevêtrées, le principe d’entropie… C’est un film assez complexe, mais malgré tout très abordable. Parce qu’on nous balade. Moi j’aime être baladée. J’aime qu’un scénario me porte en terres inconnues. S’il le fait bien. Et celui-ci le fait très bien.

Baladés d’une histoire à l’autre, d’une vie à l’autre. Et dans tout ça, chacun trouve au moins un morceau qui le touche, auquel il peut s’identifier. Quand un homme vit toutes les histoires, il y en a forcément une pour vous.

Je ne vais pas en dire beaucoup plus sur ce film. Parce qu’il me laisse un peu sans voix, mine de rien. Il n’est pas descriptible. Je dis ce que je peux pour que vous ayez envie de le voir, parce que je l’aime et que je veux le partager avec vous. Mais au bout d’un moment, les mots manquent.
Alors vous allez devoir me faire confiance. Pour moi, c’est un film culte, c’est un de mes 19,5/20.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s