Musique / Benjamin Clémentine

Victime de harcèlement à l’école, le musicien est un enfant espiègle et montre des signes de rébellion peu conventionnels. Très attiré par la littérature, il s’intéresse à des ouvrages tels que la Bible et la poésie de William Blake, TS Eliot ou encore Carol Ann Duffy. Il sèche souvent les cours pour se rendre à la bibliothèque et lire des livres piochés au hasard dans les rayons. Son grand frère Joseph est un passionné de musique, de philosophie, de science et de littérature anglaise et lui conseille régulièrement vers quel ouvrage se tourner pour assouvir sa soif de connaissances.

Benjamin Clementine est né le 7 décembre 1988 à Crystal Place dans le sud de Londres, mais grandit à Edmonton, dans le Nord de la capitale britannique. Il est élevé par sa grand-mère jusqu’au décès de cette dernière. À la suite de cet événement, il emménage de nouveau avec ses parents.

À 11 ans, Joseph s’achète un piano, permettant à Benjamin Clementine de jouer après les répétitions quotidiennes de son frère. Alors que son ainé se désintéresse petit à petit de l’instrument à clavier, Benjamin saisit l’occasion et pratique son art plus que jamais. En seulement quelques mois, il apprend et imite le travail du compositeur français Erik Satie, après avoir passé des heures à écouter ses compositions sur Classic FM.I

Il quitte l’école à 16 ans après avoir échoué à ses examens, ne validant que la littérature anglaise. Il se dispute alors avec ses parents, quitte le domicile familial et se rend à Camden Town, où il se retrouve sans abri. Il décide alors de quitter la capitale londonienne pour emménager à Paris sur un coup de tête.[https://www.telegraph.co.uk/culture/music/new-music/10557979/Benjamin-Clementine-New-Music.html Il passe plusieurs années à jouer dans des bars, hôtels et stations de métro, tout en dormant dans la rue, faute de moyens. Après quelques mois, il emménage dans une chambre d’hôtel à Montmartre, qu’il partage avec dix autres personnes.

Après quelque temps, Benjamin Clementine parvient à s’acheter une guitare à moitié cassée et un clavier d’occasion. Pendant les trois ans qui suivent cet achat, il compose et écrit des chansons. Influencé par les poètes et chanteurs découverts en France, il décide de s’inspirer de sa propre expérience pour écrire ses textes.

Benjamin Clementine se produit sur scène la nuit et passe ses journées à composer, devenant petit à petit une figure emblématique de la scène parisienneFestival de Cannes, il rencontre Lionel Bensemoun, un homme d’affaires français renommé. Peu de temps après, l’artiste-compositeur-interprète est signé sur le label indépendant ‘Behind’. Il attire rapidement l’attention de la presse française qui le décrit comme « la révélation anglaise des Francos ». Dans la foulée, il participe aux rencontres Trans Musicales de Rennes en décembre 2012, qui est sa première représentation devant un public aussi important. Il est présent au festival quatre jours de suite. Il signe ensuite un contrat avec Capitol, Virgin EMI et Barclay en simultané.

https://www.riffx.fr/actualite/2015/02/04/benjamin-clementine-et-la-grace-fut

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s